Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Obligations
Les 4 rôles d’un portefeuille obligataire
Flavio Carpenzano
Directeur des investissements
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Les obligations peuvent répondre à différents besoins d’investissement et niveaux de tolérance au risque.
  • Les emprunts d’État et les obligations d’entreprise investment grade des marchés développés peuvent être une source de revenu, de préservation du capital et de diversification par rapport aux actions.
  • Les obligations high yield des marchés développés et la dette des marchés émergents figurent parmi les rares actifs obligataires générant des rendements réels positifs dans l’environnement inflationniste actuel.
  • La volatilité boursière accrue, la normalisation des politiques monétaires et les risques géopolitiques incitent à adopter une approche d’investissement à la fois flexible et active.

Les neuf premiers mois de l’année 2022 ont été l’une des périodes les plus mouvementées de l’histoire des marchés obligataires, avec des plus bas records enregistrés par les indices Bloomberg Global Aggregate et Bloomberg US Treasury. Mais alors que les classes d’actifs les plus risqués sont elles aussi en chute libre, de nombreux investisseurs remettent en cause le rôle des obligations au sein de leur portefeuille. Le moment est donc tout à fait opportun de réexaminer les raisons pour lesquelles l’univers obligataire reste incontournable.


Les périodes de grande incertitude sont pourtant le meilleur moment pour réexaminer le rôle fondamental joué par l’obligataire au sein d’un portefeuille. À la différence de l’investissement en actions, dont l’objectif est l’appréciation du capital, l’allocation obligataire joue quatre rôles : préservation du capital, génération de revenu, protection contre l’inflation et diversification par rapport aux actions.


Lorsque l’on investit en obligations, il faut plutôt se préoccuper du remboursement du capital que de sa rentabilité.


Le marché obligataire est par ailleurs devenu incontournable pour les investisseurs : c’est – de loin – le plus vaste au monde et il s’est considérablement développé au fil du temps, que ce soit en taille et en nombre d’émetteurs.


Évolution des grands indices obligataires

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs.
Données au 31 décembre 2021. Date de lancement des indices cotés : le 31 juillet 2001 (le 31 juillet 2002 pour l’indice des obligations des marchés émergents libellées en devise forte et le 31 janvier 2006 pour les obligations des marchés émergents libellées en devise locale). Emprunts d’État : Bloomberg Global Aggregate Treasuries. Obligations d’entreprise investment grade : Bloomberg Global Aggregate Corporate. Obligations d’entreprise high yield : Bloomberg Global High Yield. Obligations indexées sur l’inflation : Bloomberg Global Inflation Linked Total Return Index. Obligations des marchés émergents en devise forte : JPMorgan EMBI Global Diversified Total Return Index. Obligations des marchés émergents en devise locale : JPMorgan GBI-EM Global Diversified Total Return Index. Obligations titrisées : Bloomberg Global Aggregate Securitized. Sources : Bloomberg, JPMorgan.

Les quatre rôles des obligations

Nous estimons que les obligations jouent quatre grands rôles :

Chaque catégorie d’obligation répond à des besoins d’investissement différents. Par exemple, par rapport à d’autres classes d’actifs, les emprunts d’État ont traditionnellement offert une protection efficace contre le risque « actions » d’un portefeuille, et ils contribuent à préserver le capital investi en raison de leurs courbes de taux généralement plus pentues, de leurs échéances plus éloignées et de leur volatilité relativement limitée. Pour leur part, les obligations high yield et celles émises sur les marchés émergents sont plus adaptées pour générer des revenus étant donné leur rendement nominal supérieur.


 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants :

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale.
  • Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera. La couverture du risque de change vise à limiter ce phénomène, mais rien ne permet de garantir qu’elle sera totalement efficace.
  • Les risques peuvent être associés aux obligations, aux marchés émergents et/ou aux titres high yield. Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.


Flavio Carpenzano est directeur des investissements chez Capital Group. Il possède 16 ans d’expérience en matière d’investissement et a rejoint Capital Group en 2021. Il est titulaire d’un master de finance et économie de l’université Bocconi (Milan). Flavio est basé à Londres.


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.