Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Devises
Cycle financier américain : sommet en vue ?
Jens Sondergaard
Analyste spécialiste des devises
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Le cycle financier américain pourrait atteindre son point culminant, ce qui laisse craindre l’imminence d’une récession.
  • D’autres marchés développés présentent des signes d’une dégradation brutale du cycle de crédit.
  • Cette tendance est renforcée par l’inflation galopante, les taux d’intérêt en hausse, le ralentissement de la croissance chinoise et le conflit en Ukraine.

Alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) tente de combattre l’inflation, sa politique monétaire plus restrictive suscite la crainte d’un basculement de l’économie américaine en récession. Une analyse des cycles financiers à long terme permet de mettre ce risque en évidence.


Pour avoir une vue exhaustive sur l’économie et les valorisations, j’ai choisi de compléter la recherche produite sur les cycles économiques standards par une analyse des cycles financiers à travers le monde. Puisque je mets régulièrement mes modèles à jour, certains collaborateurs et clients m’ont interrogé sur ma vision du cycle financier américain actuel.


Il culminera selon moi au second semestre 2022 – et non plus fin 2023 ou début 2024, comme j’avais pu l’estimer en mai 2021. Un retournement du cycle financier pourrait s’avérer de mauvais augure pour la croissance économique américaine à moyen terme. Et sachant que les pics précèdent habituellement une période de difficultés financières, les secteurs fortement endettés du système financier américain – comme par exemple les niches les plus risquées du marché obligataire high yield (notés BB/Ba ou moins) – pourraient être mis à rude épreuve.


Le cycle financier américain se rapproche de son pic1


downturn_in_the_us_financial_cycle_may_be_near

Le fonctionnement des cycles financiers


Pour rappel, les cycles financiers découlent de l’évolution des prix de l’immobilier et du niveau d’endettement du secteur privé. Les économistes se basent sur les prix de l’immobilier afin d’évaluer les perceptions en matière de valeur et de risque, et sur la dette privée comme signe avant-coureur d’une hausse de l’endettement du système financier. À terme, les interactions entre ces facteurs peuvent se traduire par des périodes d’essor ou de reflux économique, et par des épisodes de difficultés financières. En 2006 par exemple, le dernier pic du cycle américain – alimenté par la flambée des prix de l’immobilier et une envolée de la dette des ménages – avait précédé la crise financière mondiale.


De manière générale, un cycle financier dure bien plus longtemps qu’un cycle économique, lequel se contente de rendre compte des phases d’expansion et de récession. Pour illustrer ce propos, on pourrait dire que les cycles financiers représentent les saisons, et les cycles économiques, la météo.


Tout cycle financier comporte quatre étapes correspondant à la tendance de l’endettement dans une économie. Les points d’inflexion d’un cycle coïncident souvent avec un retournement des marchés d’actions et d’obligations. Mon analyse de plus de 40 ans de résultats boursiers m’a permis de conclure que les obligations s’en sortent mieux que les actions dans les périodes de pic, et que les actions surperforment les obligations dans les périodes de creux.


1. Sources : Capital Group, Banque des règlements internationaux, Organisation de coopération et de développement économiques, National Institute of Economic and Social Research. Chiffres réels au troisième trimestre 2021 ; prévisions jusqu’au deuxième trimestre 2026. Indice : 1971=0. Les données comprennent les prix de l’immobilier et la dette privée. Ordonnée : échelle illustrant l’ampleur des fluctuations du cycle financier.


 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants :

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale.
  • Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera. La couverture du risque de change vise à limiter ce phénomène, mais rien ne permet de garantir qu’elle sera totalement efficace.
  • Les risques varient selon la stratégie et peuvent être associés à l’investissement dans les actifs obligataires, les marchés émergents et/ou les titres à haut rendement (high yield). Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.


Jens Søndergaard est analyste de change chez Capital Group. Il possède 15 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement et a rejoint Capital Group il y a 8 ans. Il est titulaire d’un doctorat en économie et d’une maîtrise en service diplomatique de l’université de Georgetown. Jens est basé à Londres.


SUR LE MÊME THÈME

Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.