Categories
Volatilité boursière
L’invasion de l’Ukraine pourrait marquer un tournant pour la cybersécurité
Julien Gaertner
Analyste d’investissement actions

L’offensive russe en Ukraine, aujourd’hui la plus grande guerre terrestre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, affecte des millions d’individus – qui se retrouvent contraints de se rendre dans des abris ou de fuir leur domicile – et pourrait provoquer une crise humanitaire à grande échelle. L’escalade très préoccupante du conflit a des conséquences dramatiques pour les populations civiles prises au piège de cette crise.


Cet article traite des possibles retombées économiques et boursières du conflit.


Alors que la lutte armée se poursuit sur le territoire ukrainien, une autre bataille est menée en ligne : la cyberguerre. Je m’attends à ce que nous soyons confrontés à quelques dures réalités concernant la résistance de nos infrastructures numériques. Ma première analyse est que la situation actuelle provoquera à court terme une forte hausse des dépenses en cybersécurité, et marquera ainsi un point d’inflexion pour le secteur. Si l’on considère que la cyberguerre est un « outil de pilotage » des relations internationales, alors la fenêtre d’Overton (un concept qui désigne le périmètre des idées jugées acceptables par l’opinion publique à un instant T) pourrait s’ouvrir largement et jeter toute la lumière sur les incroyables failles de sécurité des environnements numériques américain et européen.


Dans la grande majorité des cas, les infrastructures critiques américaines ne sont pas en conformité avec les protocoles élémentaires de cybersécurité et ont, à ce titre, échoué aux tests d’intrusion. Je pense que les grands établissements financiers et les sociétés technologiques sont à peu près les seuls à avoir mis en place une sécurité digne de ce nom. Que ce soit aux États-Unis ou en Europe, les compagnies énergétiques et de services aux collectivités ont largement sous-investi dans la cybersécurité et sont pour la plupart vulnérables.


Dans ces conditions, je table sur une nette augmentation des investissements en cybersécurité. Je suis optimiste concernant le secteur de la sécurité informatique pour deux raisons : 1) les perspectives prometteuses en matière de dépenses et 2) l’évolution fondamentale de la structure du secteur, qui favorisera une croissance soutenue.


À court terme, il ne fait aucun doute que les entreprises comme les collectivités devront augmenter le budget qu’elles consacrent à la cybersécurité. Et si la situation en Ukraine se dégrade encore, alors d’autres changements bien plus marqués devraient s’ancrer dans la durée.


Le principal changement pourrait être un durcissement net de l’environnement réglementaire. Les lois fédérales et d’État pourraient en effet imposer des normes minimales extrêmement strictes en matière de cybersécurité, en particulier dans les secteurs relevant de la sécurité intérieure ou qui ont un impact sur la vie publique. Il faut peut-être s’attendre à un vaste cycle d’investissement, notamment dans les secteurs de l’énergie et des services aux collectivités. En Europe également, des investissements massifs pourraient être réalisés dans le domaine de la cybersécurité, avec sans doute une accélération de la migration vers le cloud.



Julien Gaertner est analyste d’investissement actions chez Capital Group, où il couvre les sociétés technologiques américaines et européennes. Il est titulaire d’une licence de Brown University.


Past results are not a guarantee of future results. The value of investments and income from them can go down as well as up and you may lose some or all of your initial investment. This information is not intended to provide investment, tax or other advice, or to be a solicitation to buy or sell any securities.

Statements attributed to an individual represent the opinions of that individual as of the date published and do not necessarily reflect the opinions of Capital Group or its affiliates. All information is as at the date indicated unless otherwise stated. Some information may have been obtained from third parties, and as such the reliability of that information is not guaranteed.