Capital IdeasSM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Chine
Comment envisager un investissement en Chine aujourd’hui ?
Chris Thomsen
Gérante de portefeuille d'actions
Kent Chan
Spécialiste des placements en actions
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Malgré une croissance économique qui ralentit et un environnement réglementaire qui se durcit, la Chine demeure une destination de choix pour les investisseurs en raison de l’attrait de son formidable marché local.
  • Alors que nous avons limité notre exposition au marché chinois depuis un an et demi, des opportunités attrayantes demeurent parmi les sociétés tournées vers le marché local et dont les activités sont compatibles avec les priorités du gouvernement chinois.
  • En tant qu’investisseurs, nous tablons sur une augmentation de la volatilité en Chine. Nous ferons preuve d’une plus grande sélectivité à l’heure d’évaluer la prime de risque des différents secteurs et entreprises.

Malgré ses efforts de restructuration économique, auxquels les médias ont fait largement écho ces dernières années, la Chine demeure une destination de choix pour les investisseurs en raison de l’attrait de son formidable marché local. En tant que deuxième puissance économique mondiale, la Chine est également étroitement interconnectée avec l’économie mondiale en raison de sa présence incontournable dans les chaînes logistiques, et elle pèse de plus en plus lourd dans le chiffre d’affaires des multinationales. Par conséquent, il est plus important que jamais d’appréhender les complexités de ce pays pour y réussir ses investissements.


Le contexte d’investissement de la Chine a beaucoup changé depuis un an en raison de facteurs à la fois microéconomiques, macroéconomiques, réglementaires et géopolitiques. La Chine continue d’offrir de nombreuses opportunités, à condition toutefois que cela soit au bon prix et dans les bons secteurs. Et le profil des futurs fleurons chinois pourrait s’avérer très différent de ce qu’il a été ces dix dernières années.


Dans ce contexte, voici comment nous envisageons d’investir en Chine désormais. 


La prime de risque est supérieure


Nous avons sensiblement réévalué la prime de risque associée à la Chine, pour tenir compte du ralentissement de sa croissance économique, de son profil démographique moins favorable et du risque de nouveaux tours de vis réglementaires. Sachant que le pays traverse une période de changements structurels profonds dans un contexte de ralentissement cyclique, il nous faudra du temps pour prendre la pleine mesure des effets du programme gouvernemental de « prospérité commune » sur l’économie, et pour appréhender les priorités du Président Xi Jinping pour son troisième mandat.


Que savons-nous de la Chine ? De notre point de vue, ses problèmes sont plutôt évidents : on peut notamment citer une population vieillissante, des entreprises publiques et des collectivités locales surendettées, la pollution, les disparités de richesse et l’allocation inefficace des capitaux. Le secteur immobilier et le ralentissement qu’il subit actuellement sont particulièrement préoccupants.


Xi Jinping s’efforce de résoudre la plupart de ces problèmes critiques au moyen de réformes et de réglementations. Et comme la limite de deux mandats présidentiels a été supprimée en 2018, il devrait être réélu pour un troisième mandat à l’occasion du 20e Congrès du Parti prévu fin 2022, ce qui lui laissera plus de temps pour mettre en œuvre son programme d’intérêt national et pour façonner la Chine pour les prochaines décennies. 


Une croissance exceptionnelle a transformé la Chine ces 40 dernières années

*Nombre de sociétés du secteur privé en 1988 et 2018. RMB : renminbi chinois. Sources : Capital Group, CEIC, Fonds monétaire international, Banque mondiale.

D’après nos connaissances actuelles, les entreprises affichant des profits insolents pourraient se retrouver dans le viseur des autorités, comme l’ont récemment été le secteur du soutien scolaire à but lucratif et le secteur des technologies. Il faudra donc mener une analyse beaucoup plus fouillée et complexe de chaque titre, du point de vue fondamental, mais aussi pour s’assurer de sa compatibilité avec le programme de développement chinois. Les entreprises alignées sur l’ambition de Beijing de développer des chaînes logistiques locales figurent parmi les bénéficiaires potentiels.


Une autre conséquence de cette transformation de la Chine serait une hausse de la prime de risque applicable aux actions chinoises par rapport aux actions issues d’autres pays et non soumises aux mêmes risques politiques, comme les jeunes opérateurs de plateformes Internet en Asie du Sud-Est et en Amérique latine.


Depuis un an et demi, nous sommes plus sélectifs et avons limité notre exposition au marché chinois. Nos positions – moins nombreuses et plus concentrées – concernent des entreprises pilotées par des entrepreneurs privés et assorties selon nous d’un potentiel de croissance à long terme soutenu par quelques facteurs politiques.


Par ailleurs, nous sommes devenus plus sensibles au niveau des valorisations et attentifs à l’allocation du capital. En conséquence, nous avons réduit notre exposition au secteur technologique chinois, et de manière générale, au marché chinois. Comme le graphique ci-après le montre, les sociétés technologiques chinoises ont commencé à décrocher début 2021, peu après que les autorités réglementaires chinoises ont décidé de reporter l’introduction en bourse d’Ant Financial, filiale d’Alibaba.


L’incertitude réglementaire fait reculer la valeur des géants technologiques

Cinq premières sociétés technologiques chinoises (Tencent, Alibaba, JD.com, Baidu, NetEase) par valeur boursière au 28 février 2022, et cotées en 2015. American Depository Receipts de tous les titres, hors Tencent. Sources : Capital Group, MSCI, RIMES.

 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants :

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale.
  • Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera. La couverture du risque de change vise à limiter ce phénomène, mais rien ne permet de garantir qu’elle sera totalement efficace.
  • Les risques varient selon la stratégie et peuvent être associés à l’investissement dans les actifs obligataires, les marchés émergents et/ou les titres à haut rendement (high yield). Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.


Chris Thomsen  est un gérant de portefeuille d'actions avec 22 ans d'expérience en placement. Il est titulaire d’un MBA de Columbia et d’un baccalauréat en économie internationale de Georgetown.

Kent Chan a 26 ans d'expérience dans le domaine des placements. Avant de rejoindre Capital Group en 2015, il a passé plus de 20 ans en Asie et a précédemment dirigé l'équipe de recherche sur les actions de la Grande Chine chez Barclays.

 


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.