Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Actions
Investir en Chine : pourquoi la recherche fondamentale est-elle essentielle ?
Andrew Lee
Investment Director
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Le marché actions chinois est aux prises avec la volatilité depuis début 2022, sur fond de restrictions sanitaires, de craintes liées à l’endettement du secteur immobilier et de tensions d’approvisionnement.
  • Une approche sélective s’impose de plus en plus aux investisseurs, qui ont ainsi tout intérêt à se doter de solides moyens de recherche de terrain.
  • Capital Group a été l’une des premières sociétés de gestion d’actifs à miser sur le marché chinois, et ce dès 1993.

L’année 2022 a jusqu’à présent été tourmentée pour les actions chinoises. D’après vous, quels facteurs ont contribué à cette volatilité boursière ?


Cette année a été pour le moins riche en événements, et pourtant nous ne sommes qu’au troisième trimestre ! C’est d’autant plus vrai pour les actions chinoises, qui ont bien débuté l’année avant de reculer sous le poids d’un durcissement de la régulation dans les secteurs des biens immobiliers, des technologies et du soutien scolaire.


Puis la situation s’est encore détériorée en raison du conflit en Ukraine, qui a provoqué la chute des actifs risqués au niveau mondial. Les actions chinoises font également les frais des tensions commerciales avec les États-Unis, en particulier dans deux domaines. Tout d’abord, les entreprises chinoises cotées aux États-Unis et ne se conformant pas aux réglementations établies par la Securities and Exchange Commission (SEC) courent le risque d’être radiées des bourses américaines. Ensuite, le refus, par la Food and Drug Administration (FDA), d’autoriser certaines thérapies testées en Chine a fait plonger les actions des laboratoires biopharmaceutiques et pharmaceutiques chinois. Ces facteurs ont inévitablement renchéri la prime de risque liée aux actions chinoises.


Et depuis mars dernier, avant même d’avoir pu connaître un répit, la Chine est confrontée à une nouvelle vague épidémique. Sa politique zéro Covid, qui implique la mise sous cloche de villes entières, génère beaucoup d’incertitudes, car elle pèse sur les chaînes d’approvisionnement et freine l’activité économique. Face à une croissance d’à peine 0,4 % en glissement annuel au deuxième trimestre, les autorités chinoises ont d’ores et déjà indiqué qu’elles maintiendraient un objectif de croissance flexible pour 2022. Mais le plus grand risque serait que la Chine – moteur de la croissance mondiale – se grippe sérieusement, freinant ainsi toutes les autres économies.


Les efforts croissants de Beijing pour assouplir les réglementations et soutenir l’économie intérieure ont engendré un rebond marqué des actions chinoises de fin avril à fin juin. Reste à savoir si le gouvernement de Xi Jinping s’engagera dans un plan de relance généralisé, après ses mesures plutôt ciblées qui plongent l’économie chinoise dans une incertitude tenace, en particulier dans les secteurs les plus pénalisés par la volatilité. Le principal problème est la politique zéro Covid : tant que les restrictions sanitaires ralentiront la vitesse de circulation de la monnaie au sein de l’économie chinoise, une démultiplication des mesures de relance aura des effets limités.


La période est mouvementée pour les marchés actions chinois

Données au 31 août 2022. Source : MarketWatch.

 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants :

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale.
  • Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera. La couverture du risque de change vise à limiter ce phénomène, mais rien ne permet de garantir qu’elle sera totalement efficace.
  • Les risques peuvent être associés aux obligations, aux marchés émergents et/ou aux titres high yield. Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.


Andrew Lee est Directeur des investissements chez Capital Group. Il a 11 ans d’expérience, et a rejoint Capital Group il y a un an. Avant de rejoindre Capital, Andrew a travaillé en tant que Client Portfolio Manager spécialisé sur les actions asiatiques et chinoises chez Barings. Avant cela, il était Spécialiste des produits en actions chez HSBC Global Asset Management. Andrew est titulaire d'une licence en administration des affaires (comptabilité et marketing) de la University of Science and Technology de Hong Kong. Andrew est basé à Hong Kong.


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.