Capital GroupSM

Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
ESG
Monitoring corporates against third-party ESG data providers
Jessica Ground
Responsable ESG, Monde
Ali Weiner
Senior Manager ESG
Ce qu’il faut retenir
  • Bien que les données ESG de tiers renforcent le caractère objectif du processus d’investissement, les agences qui les fournissent sont rarement d’accord sur la manière d’évaluer les entreprises.
  • La recherche fondamentale approfondie produite par Capital Group est donc cruciale, puisqu’elle permet d’analyser comment les émetteurs gèrent les risques ESG potentiels.
  • Dans notre surveillance continue des investissements, nous veillons à ne pas nous limiter aux événements individuels et à tenir compte également des enjeux systémiques.

Chez Capital Group, l’analyse de données de tiers n’est que le point de départ du processus de surveillance des investissements potentiels et existants. Toutes les positions sont d’abord passées en revue à l’aide des notes ESG de fournisseurs tiers pour identifier les risques potentiels. Puis nos professionnels de l’investissement s’appuient sur leur connaissance approfondie des entreprises concernées pour déterminer si les problèmes relevés sont significatifs, comment ils sont gérés, et quelles mesures prendre en conséquence.


Avant de procéder à tout investissement, Capital Group analyse les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). En 2020, nous avons présenté la manière dont nous intégrons de manière explicite les critères ESG dans notre processus d’investissement, The Capital System™, à partir de trois volets complémentaires : la recherche, le dialogue et la veille.


Le volet « veille » de notre processus d’investissement consiste à passer en revue l’ensemble de nos positions à l’aide des notes et des normes ESG de fournisseurs tiers, afin d’identifier les risques potentiels nécessitant des recherches plus poussées. Nous nous appuyons ensuite sur les connaissances approfondies que nos professionnels de l’investissement ont acquises concernant les entreprises en question, pour déterminer si les problèmes relevés par ces tiers sont significatifs, comment ces entreprises les gèrent et si des mesures supplémentaires s’imposent.


Ce travail de veille nous permet d’assurer une analyse systématique des critères ESG, d’éviter tout biais de confirmation engendré par la prise en compte de données externes et d’empêcher que nous privilégiions des informations confortant nos convictions. La surveillance, ou veille, de nos investissements à partir de données de tiers contribue à renforcer le caractère objectif de notre processus d’intégration des critères ESG.


Quels sont nos critères de veille ?


Capital Group s’appuie sur six méthodes de notation et des données tierces pour mener une veille sur les entreprises émettrices d’actions et d’obligations. Nous avons mis en place des méthodologies spécifiques pour la dette souveraine, titrisée et municipale, que nous développerons dans d’autres publications.


Parmi les critères utilisés pour le secteur privé, le filtrage normatif consiste à examiner dans quelle mesure les entreprises respectent les normes sociales du Pacte Mondial des Nations Unies. Si une entreprise est notée « Rejetée » par nos fournisseurs tiers, nos professionnels mènent une enquête poussée sur les problèmes signalés.


Notre processus s’appuie également sur les données de MSCI et de Sustainalytics. Nous étudions les notes ESG globales fournies par chacun, nous tenons compte de la mesure dans laquelle les deux sources concordent, et quelle est la note de gouvernance attribuée par MSCI. Pour chaque indicateur, nous avons fixé des seuils spécifiques qui nous permettent de mettre en évidence les problèmes les plus susceptibles d’être significatifs.


 


Critères de veille détaillés


Pour nos investissements en actions et en obligations d’entreprise, nous faisons appel à deux fournisseurs de données – MSCI et Sustainalytics – et nous utilisons six différentes méthodes de notation, comme le tableau ci-après l’illustre2.


 


Nous avons investi dans les technologies nécessaires pour mener ce processus à grande échelle. Chaque mois, nous surveillons l’ensemble de nos positions de manière à identifier au plus vite les changements de note opérés par les fournisseurs tiers.


 


Quel est le niveau de fiabilité des notes ESG de fournisseurs tiers ?


En surface, les notes ESG des différents fournisseurs semblent proches. Par exemple, tant MSCI que Sustainalytics tiennent compte de l’exposition des émetteurs aux risques ESG propres à leur secteur et de la manière dont ils les gèrent. Certains observateurs jugent par ailleurs que les notes ESG sont comparables aux notes de solvabilité.


Toutefois, une étude récemment menée par la MIT Sloan School of Management révèle une corrélation de seulement 0,61 entre les notes ESG attribuées par les grands fournisseurs3. La corrélation mesure l’étroitesse d’une relation entre deux variables : une corrélation de 1 correspond à une relation positive forte, de -1 à une relation négative forte, et de 0 à l’absence de relation. Une corrélation de 0,61 signifie donc que les notes des grands fournisseurs présentent un rapport relativement limité entre elles. À titre de comparaison, les notes de solvabilité classiques des différents fournisseurs affichent une corrélation de 0,92.


Notre propre analyse, ci-après, de la corrélation entre les notes ESG des différents fournisseurs fait état d’un constat similaire : MSCI et Sustainalytics évaluent très différemment un même univers de sociétés.


 


Notes MSCI et Sustainalytics4


Les notes ESG attribuées par MSCI et Sustainalytics pour l’indice ACWI, par exemple, donnent une image très éparpillée des sociétés, avec peu de chevauchement.


our de nombreux observateurs, la fiabilité des notes ESG s’améliorera au fil du temps, à mesure qu’elles gagneront en maturité. Mais selon une autre étude, plus les informations ESG publiées sont nombreuses, plus l’écart se creuse entre les notes5.


Les méthodologies sont la principale cause de cette divergence. MSCI, par exemple, se limite à comparer les sociétés d’un même secteur, tandis que Sustainalytics (Morningstar) les évalue d’après leur exposition aux risques ESG d’un secteur ou d’une région, en tenant compte des actions mises en œuvre pour les atténuer. Par ailleurs, la pondération attribuée à chaque enjeu ESG et l’importance accordée à différentes controverses passées varient d’un fournisseur à l’autre.


Voilà qui conforte notre choix de faire appel à différentes sources et à différents fournisseurs, et qui démontre l’importance d’approfondir les recherches des notes ESG attribuées par ces tiers.


 


La veille a tendance à mettre en évidence des événements ponctuels plus que des problèmes systémiques


Début 2021, nos spécialistes ESG ont passé en revue environ 200 rapports de veille établis en 2020 par nos analystes et gérants de portefeuille. Leur travail a consisté à poser des questions clés à nos professionnels de l’investissement, pour comprendre s’ils considéraient les problèmes signalés comme significatifs par rapport à leur thèse d’investissement, et pour déterminer la mesure dans laquelle ils avaient interpellé la direction des entreprises concernées sur ces problèmes. Nous avons également passé en revue les sociétés jugées problématiques pour mieux comprendre les tendances observées dans les différents secteurs.


Chaque volet de notre processus ESG est conçu pour être continuellement amélioré. Nous utilisons les connaissances acquises au fil du temps pour renforcer l’ensemble du processus. Les problèmes régulièrement signalés dans chaque secteur ont été inclus dans nos cadres d’analyse et d’investissement en 2021, et ceux qui sont les plus signalés ont été ajoutés à notre programme de recherche thématique.


Dans la plupart des cas où nous estimons que les problèmes relevés sont significatifs pour la performance à long terme d’une entreprise, nous nouons le dialogue avec son équipe dirigeante.


 


L’importance des entreprises qui améliorent leurs pratiques


Fait intéressant, notre analyse a révélé que le processus de veille de Capital Group a tendance à mettre plus souvent en évidence des événements ponctuels (comme des scandales de corruption, des rejets de déchets toxiques, etc.) par rapport à une sous-performance régulière dans les indicateurs de risque ESG (telle qu’une gestion déplorable du capital humain, etc.). Dans la plupart des cas, nous avons constaté que l’entreprise en question prend des mesures adéquates pour remédier à la source de la controverse, ce qui n’est pas pris en compte dans la note des fournisseurs tiers. C’est pourquoi il est important d’avoir un processus ESG prévoyant des actions de dialogue parallèlement au travail de veille.


Nous sommes convaincus que ce dialogue peut contribuer à améliorer nos résultats d’investissement. La recherche menée par MSCI sur sa méthodologie de notation va dans le sens de la logique consistant à s’exposer aux entreprises dont les notes doivent être améliorées (stratégie d’investissement basée sur le « momentum » c’est-à-dire sur l’évolution ESG de l’entreprise dans le futur), plutôt que de privilégier uniquement celles ayant un comportement ESG exemplaire (stratégie d’investissement basée sur le « moment » c’est-à-dire sur les caractéristiques ESG du moment d’une entreprise). En 2015, MSCI a analysé l’évolution des deux stratégies d’investissement sur les 12 mois précédents7. La première a surperformé la seconde de 1,1 % en rythme annualisé, et surperformé l’indice MSCI World de 2,2 % entre février 2007 et mars 2015.


Cet accent sur les événements ponctuels, plutôt que sur des problèmes réguliers, met également en évidence l’importance de nos plus de 30 cadres d’investissement sectoriels, lesquels ciblent les enjeux ESG que nous jugeons déterminants pour la création de valeur, et nous permettent d’examiner la manière dont les entreprises les gèrent. Cette approche nous confère un point de vue incomparable sur les futurs risques ESG.


Comment communiquons-nous sur notre veille ?


En moyenne, entre 3 % et 11 % de nos positions (en nombre) sont jugées problématiques et nécessitent une recherche approfondie (données à fin août 2021). Nous reconnaissons l’importance de la transparence sur les questions ESG, et savons que nos clients apprécient d’être informés sur la manière dont nous procédons. C’est pourquoi nous avons récemment étoffé les informations que nous publions sur chacun de nos fonds. Désormais, les investisseurs peuvent savoir quelles positions notre processus de veille a signalées comme étant problématiques.


 


Notre processus de veille ESG en pratique 8


Les positions en portefeuille font l’objet d’une recherche systématique des problèmes ESG significatifs, à l’aide de plusieurs fournisseurs de données et méthodologies de risque, parmi lesquels le Pacte Mondial des Nations Unies et les notes de MSCI et de Sustainalytics.


Par exemple, quinze positions d’un portefeuille d’actions mondiales représentatif – soit 5 % de celui-ci – ont été jugées problématiques fin juin 2021. Elles font l’objet d’une surveillance par les analystes, ce qui nécessite un niveau renforcé de recherche et de dialogue.


Notre processus de veille et d’information comporte plusieurs avantages. Sachant que les notes de sources tierces sont de plus en plus utilisées par le marché, il nous permet de comprendre « l’opinion » de ce dernier concernant une entreprise, et pourquoi nous ne sommes pas toujours d’accord avec celle-ci. Nos clients utilisent des outils ESG tiers, de Morningstar ou encore de MSCI, qui attribuent une note aux positions dans les portefeuilles. Notre processus de veille nous permet d’aller encore plus loin, pour gérer ces risques ESG.


 


La veille offre un moyen d’étayer les autres volets du processus


Nous sommes engagés à intégrer systématiquement les critères ESG à notre approche, laquelle repose sur le principe de « l’importance relative » (ou « materiality » en anglais) et vient compléter The Capital System™. La veille joue un rôle déterminant pour y parvenir. Nous sommes également engagés à affiner constamment chaque étape de notre processus, veille comprise. Nous continuerons d’œuvrer à l’amélioration de notre processus pour rester pertinents à mesure que la quantité de données ESG augmente et qu’elles gagnent en maturité.


 


1 Source: Capital Group.


2 Remarque : nous utilisons un processus distinct pour la veille des émetteurs d’emprunts d’État, d’obligations municipales, de produits structurés, ainsi que pour les émissions privées de dettes corporate. Source : Capital Group, MSCI, Sustainalytics.


3 Berg, Florian, Kölbel, Julian et Rigobon, Roberto, « Aggregate Confusion: The Divergence of ESG Ratings », MIT Sloan School Working Paper 5822-19, MIT Sloan School of Management (Cambridge, Massachusetts), 2019.


4. Source : Capital Group, MSCI, Sustainalytics. Données au 31 décembre 2020. Critères ESG : environnementaux, sociaux et de gouvernance. Source : Capital Group. MSCI ACWI est un indice ajusté du flottant et pondéré par capitalisation boursière, conçu pour mesurer les résultats de plus de 40 indices des marchés actions développés et émergents. *Cette étude a été menée pour MSCI, RobecoSAM et Sustainalytics concernant différentes dimensions environnementales et sociales. y = -0,2837x + 4,674. R² = 0,1887.


5 American Accounting Association, « Why is Corporate Virtue in the Eye of the Beholder? The Case of ESG Ratings », 8 avril 2021.


6. Source : Capital Group.


7 Nagy, Zoltán, Kassam, Altaf et Lee, Linda-Eling, « Can ESG Add Alpha? An Analysis of ESG Tilt and Momentum Strategies », MSCI ESG Research Inc., juin 2015.


8 Données au 30 juin 2021. Source : Capital Group. Les sociétés surveillées peuvent également être des obligations d’entreprise et des actions détenues en portefeuille. Remarque : un nombre limité de positions ne sont pas notées par les fournisseurs de données ESG auxquels nous avons recours.



Jessica Ground est Responsable ESG Monde et possède 24 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement. Elle est titulaire d’une licence en histoire de l’Université de Bristol et est membre du CFA Institute

Ali Weiner est Senior Manager ESG et possède 10 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement. Elle est titulaire d’un MBA de la Stanford Graduate School of Business, d’un Masters of Public Administration (MPA) de la Harvard Kennedy School of Government, et d’une licence en histoire et science politique de l’Université de Yale.


En savoir plus