Capital GroupSM

Capital IdeasSM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Volatilité boursière
Le conflit Russie-Ukraine peut-il menacer l’économie européenne ?
Robert Lind
Économiste

L'intensification et la propagation du conflit entre la Russie et l'Ukraine sont profondément troublantes et ont un impact dévastateur sur les personnes coincées dans cette crise.
Cet article se concentre sur les implications potentielles du conflit sur les marchés et l'économie.


Les autorités américaines et européennes ont réagi sans tarder à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les sanctions économiques sont surtout de nature financière, mais deux autres aspects de cette crise affecteront plus largement l’économie mondiale, selon moi. Le premier est la hausse du prix du pétrole, qui dépasse désormais 100 USD le baril. Si les précédentes périodes d’incertitude géopolitique – comme en 2014, lorsque la Russie a envahi la Crimée – nous ont enseigné quelque chose, c’est qu’une flambée des cours du pétrole peut freiner significativement l’activité économique mondiale.


Du point de vue européen, le principal enjeu concerne les prix déjà élevés du gaz naturel, qui reflètent les craintes d’importantes ruptures d’approvisionnement en provenance de Russie. En cas d’instabilité géopolitique prolongée, les prix du gaz pourraient augmenter encore plus, un scénario d’autant plus problématique pour des pays comme l’Allemagne et l’Italie.


De tout temps, les marchés actions ont progressé malgré les événements géopolitiques

Sources : Capital Group, Refinitiv Datastream, Standard & Poor’s. Graphique sur une échelle logarithmique. Les niveaux de l’indice traduisent les résultats hors dividendes. Au 31 janvier 2022.

Les grandes économies européennes ont déjà subi une forte hausse des prix de l’énergie. Contrairement aux variations des cours du pétrole, qui ont tendance à se répercuter rapidement sur les prix à la pompe, les fluctuations des prix du gaz peuvent mettre plus ou moins de temps à arriver jusqu’aux consommateurs, d’autant plus si les autorités instaurent des aides pour tenter de protéger le pouvoir d’achat de ces derniers. Ainsi, il est probable que les récentes hausses influenceront encore le niveau des prix à la consommation ces prochains mois.


La décision prise par l’Allemagne de suspendre l’autorisation de Nord Stream 2, un nouveau gazoduc qui la relie à la Russie, n’a pas d’impact direct sur les livraisons, puisque celui-ci n’est pas encore en service. Mais cela pourrait malgré tout perturber fortement l’approvisionnement de gaz si la Russie riposte en restreignant ses exportations vers l’UE. Ce faisant, elle pénaliserait également sa propre économie, mais c’est sans compter les réserves de change qu’elle a constituées pour se prémunir contre une telle éventualité.


L’autre question urgente concerne les effets possibles du niveau élevé des prix des matières premières sur les politiques des banques centrales.


Il faut peut-être s’attendre à un nouveau choc négatif de l’offre, lequel contribuera dans les faits à alimenter l’inflation et à ralentir la croissance économique. D’après moi, la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) feront preuve d’une plus grande vigilance à l’heure de resserrer leur politique monétaire, et attendront sans doute de voir comment réagissent les marchés financiers et les prix des matières premières. À terme, je pense que la Fed relèvera ses taux d’intérêt, mais plus lentement que ce que les marchés anticipaient la semaine dernière encore.


Je pense également que les États européens renforceront leurs mesures de soutien récentes pour atténuer l’impact de la hausse des prix sur les ménages et entreprises. Dans un scénario pessimiste de graves ruptures d'approvisionnement et de prix en hausse, les gouvernements pourraient être amenés à imposer une réduction marquée de la demande d’énergie et à dédommager les entreprises et industries en conséquence.


Alors que les grandes économies européennes devraient pouvoir s’accommoder de livraisons incertaines de gaz et d’une volatilité des prix à court terme, la sécurité de leur approvisionnement énergétique à moyen terme est plus préoccupante. En effet, il ne sera pas simple pour l’UE de reconstituer ses stocks de gaz durant les beaux jours si l’offre reste perturbée et la demande forte.


Soulignons que les besoins en gaz ont augmenté depuis que de nombreux pays ont décidé de réduire leur dépendance au charbon. Le gouvernement allemand a par ailleurs confirmé la fermeture de ses dernières centrales nucléaires d’ici fin 2022. Dans ces conditions, les États européens auront fort à faire pour diversifier leurs sources d'énergie. Mais une telle stratégie prendra du temps et d’ici là, l’Europe sera à la merci de toute nouvelle dégradation de ses relations avec la Russie.



Robert Lind est économiste chez Capital Group. Il possède 33 ans d’expérience et a rejoint Capital Group il y a 4 ans. Il est titulaire d’une licence de philosophie, politique et économie de l’université d’Oxford. Robert est basé à Londres.