Nos collaborateurs | Capital Group
Capital Group

  • LA VOLATILITÉ DU MARCHÉ
  • NOS STRATÉGIES
  • COMMENT INVESTIR
  • FOCUS INVESTISSEMENT
  • ABOUT CAPITAL

Nos collaborateurs

Notre équipe d’investissement est chevronnée, diversifiée et axée sur le long terme

Une expérience riche et variée

Nos professionnels de l’investissement sont chevronnés. Collaborateurs de longue date de notre organisation, la plupart ont été recrutés hors du secteur de la gestion d’actifs.

Capacité à porter leur regard au-delà des fluctuations boursières à court terme

Notre grille de rémunération incite à investir avec une vision à long terme.

Des horizons culturels variés

Plus de 51 nationalités (et autant de langues) sont représentées au sein de notre équipe d’investissement.

Parcourez les profils de certains de nos collaborateurs à travers le monde.

Shaw B. Wagener
Un professionnel expérimenté

Shaw Wagener connaît bien les marchés actions émergents.

Il a rejoint Capital en qualité de trader spécialiste des actions des marchés émergents en 1981, une époque à laquelle l’investissement dans cette catégorie d’actifs s’assimilait pratiquement à une plongée dans l’inconnu. Il est devenu gérant huit ans plus tard, un tournant qu’il n’a jamais regretté.

« Les choses ont considérablement évolué depuis que j’investis sur les marchés émergents. Beaucoup de choses que nous ne pouvions même pas imaginer il y a 25 ans sont aujourd’hui devenues normales. Par exemple, nous avons désormais accès aux impressionnantes ressources naturelles et humaines d’économies autrefois fermées en Europe de l’Est et en Asie, et nous assistons à l’émergence de sociétés mondialement compétitives dans des secteurs allant des technologies à la consommation, en passant par la finance. »

Grâce à son expérience acquise au fil des nombreuses phases d’expansion et de contraction des marchés émergents, sans parler de sa capacité à examiner les marchés à travers son regard de trader, Shaw a une approche inestimable de cette catégorie d’actifs. « J’ai appris que la patience paie toujours, c’est pourquoi la rotation a tendance à être faible au sein de mes portefeuilles », explique-t-il.

« Cela dit, comme j’ai été trader, je sais que je peux aussi tirer profit de la volatilité sous-jacente des marchés. Mon expérience en la matière m’oblige à être un peu plus attentif aux mouvements marqués des cours boursiers de chaque valeur et à la dynamique des marchés. »

Kirstie Spence
Kirstie Spence
Un talent « maison »

Pourquoi Capital investit en force dans le recrutement et la formation de jeunes diplômés sans expérience ? Parce que si nous ne le faisions pas, nous passerions à côté d’individus talentueux comme Kirstie Spence, qui dirige notre effort de recherche sur les marchés obligataires émergents. Kirstie a été recrutée dans le cadre du Trainee Associate Programme (le graduate programme de Capital) peu après avoir obtenu son diplôme en 1995, et son parcours professionnel incarne tout ce que nous pouvions souhaiter lorsque nous avions décidé de former des talents « maison ».

Elle a d’abord fait deux stages au sein de nos départements juridique et de ressources humaines, mais c’est lorsqu’elle a intégré l’équipe des obligations municipales qu’elle s’est révélée. Comme elle l’explique, « Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était une obligation avant cette mission, mais j’étais très intriguée par tout le processus de placement obligataire. J’ai aussi constaté que cela impliquait une analyse macro-économique approfondie, un exercice qui m’intéresse plus que la recherche sur les entreprises. Et vu mon parcours universitaire dans les relations internationales, cela semblait mieux convenir à mon profil. »

Le programme de stage suivi par Kirstie a fait d’elle une professionnelle de l’investissement plus sagace et plus avisée. Comme elle l’explique, c’est à de nombreux égards la formule idéale pour débuter sa carrière dans l’investissement.

« Le principe du programme, c’est de jeter les stagiaires à l’eau pour voir s’ils sont capables de nager, ce qui les rend plus ingénieux, plus acharnés, plus curieux, et les oblige à rechercher des modèles et à s’immerger dans cette expérience. Il ne donne pas toutes les réponses : les stagiaires doivent trouver eux-mêmes leur voie et faire preuve de la souplesse suffisante pour changer de voie si nécessaire. C’est une excellente préparation à l’investissement. »

Mais le principal avantage à son avis, ce sont les gens avec lesquels les stagiaires sont amenés à travailler, que ce soit pour leur manière de faire ou pour les conseils qu’ils prodiguent. « J’ai tiré une leçon utile de chacun de mes mentors. J’ai mémorisé chacune de ces pépites, et elles m’accompagnent au fil de ma progression ».

William Hurt
William H. Hurt
Un cerveau droit aguerri

« Mais quel sera l’impact de ce produit pour la société ? » Voilà le genre de question épineuse que les professionnels de l’investissement de Capital appellent désormais une « question à la Bill Hurt ». Fort de 60 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement, ce macro-économiste occupe une place particulière dans notre organisation.

Penseur créatif pour qui une thèse d’investissement ne repose pas seulement sur des chiffres, Bill Hurt met un point d’honneur à rencontrer régulièrement les jeunes analystes de Capital pour leur donner un point de vue de cerveau droit sur les tendances qui façonnent le paysage de l’investissement. Pour ce faire, il invite un ou plusieurs d’entre eux à déjeuner et soumet leurs idées d’investissement à l’épreuve du feu.

« Je suis un cerveau droit tandis que ce sont tous des cerveaux gauches, c’est-à-dire des personnes réfléchies et disciplinées, des penseurs linéaires qui manient très bien les chiffres. Toutefois, bien qu’ils soient très conscients de leurs responsabilités, il me paraît dangereux d’avoir une vision trop restrictive, si bien que je tente de les aider à sortir des sentiers battus, à tenir compte de ce qui se passe dans le monde et qu’ils ont tendance à ignorer. »

Seung K. Kwak
Investir d’après ses plus fortes convictions

Basé à Tokyo, Seung Kwak a rejoint Capital en 2002. Il possédait à l’époque plus de 17 ans d’expérience de la gestion de portefeuilles d’actions japonaises. « Ce que je trouve le plus intéressant en tant que gérant de Capital, c’est The Capital System℠. »

« Auparavant, j’étais seul maître à bord des fonds que je gérais, je devais m’occuper d’un portefeuille plus diversifié, tenter de parer à toutes les éventualités et penser aux risques liés à l’absence d’exposition à certains secteurs. « Au contraire, The Capital System℠ me permet de cibler mon portefeuille uniquement sur mes plus fortes convictions. Mes résultats par rapport au reste du marché peuvent être plus volatils, mais les autres gérants ont tendance à être positionnés sur d’autres valeurs et secteurs et nos clients tirent parti de la diversité des idées et des styles, sans que les convictions ne perdent de leur force. »

Pour Seung, cette approche de l’investissement fondée sur les plus fortes convictions a été élaborée et affinée sur un marché qui, depuis 22 ans, est caractérisé par une tendance baissière et de nombreux faux départs. Pendant toutes ces années, Seung a tiré bon nombre de précieuses leçons pour investir de manière efficace. « Dans la quête d’opportunités d’investissement,

  1. les valorisations fondamentales sont importantes même si les marchés peuvent faire fi des extrêmes durant plusieurs années,
  2. les secteurs attrayants peuvent changer en fonction de l’environnement boursier et de ce que le marché perçoit comme étant rare, et 
  3. il faut penser à prendre du recul pour déterminer si le dynamisme d’une valeur est le symptôme d’une tendance plus vaste de création de richesse, comme l’essor des matières premières lié à la Chine. »