Comment faire face à des marchés volatils | Capital Group
Capital Group

  • NOS STRATÉGIES
  • COMMENT INVESTIR
  • FOCUS INVESTISSEMENT
  • À PROPOS DE CAPITAL GROUP

 

Comment faire face à des marchés volatils

Des changements rapides et brutaux peuvent pénaliser les investisseurs. Certains peuvent avoir tendance à réduire leur exposition aux marchés lorsqu’ils vacillent. L’histoire montre pourtant que les périodes d’agitation et de contraction brutale des marchés se sont par la suite révélées être les meilleurs moments pour investir. En adoptant une vision à long terme, les investisseurs peuvent remettre leurs placements dans une perspective rassurante.

 

Les corrections boursières sont un phénomène naturel

Les marchés baissiers enregistrent inévitablement des corrections, mais celles-ci ne sont jamais indéfinies.

L’investissement impulsif peut être périlleux

Les décisions d’investissement prises lors de phases de volatilité boursière peuvent faire gagner de l’argent, mais aussi en faire perdre.

C’est la durée d’investissement qui compte, non le moment où l’on investit
L’histoire montre que les investisseurs qui conservent leurs positions sur le long terme sont récompensés.

Les corrections boursières sont un phénomène naturel

Une analyse de l’évolution des marchés boursiers montre que les corrections passées ont grandement varié en intensité, en durée et en fréquence. Lorsque l’on se trouve au cœur d’un tel phénomène, il est quasiment impossible de faire la différence entre un léger repli et une correction plus durable.
Depuis 1970, le MSCI 500 a enregistré cinq périodes de contractions au moins supérieures à 20 %. Si le repli moyen de 37 % constaté lors de ces cycles peut être difficile à supporter, il pourrait s’avérer bien pire de passer à côté de la progression moyenne de 283 %.
La plus grande fugacité des phases de repli (15 mois en moyenne) est une autre raison pour laquelle il est difficile (et généralement déconseillé) de tenter de trouver le bon moment pour investir.

Avec une vision de long terme, les périodes baissières paraissent moins décourageantes 

Les performances passées ne présagent pas des résultats futurs. À titre d’illustration uniquement. Les investisseurs ne peuvent pas investir directement dans un indice.

Données au 31 décembre 2019. Indice MSCI World (dividendes bruts réinvestis) en dollar US. Marchés baissiers : périodes de contraction d’au moins 20 % des cours de l’indice MSCI World entre le pic et le creux. Marchés haussiers : toutes les autres périodes. Sources : Capital Group, MSCI.

L’investissement impulsif peut être périlleux

Daniel Kahneman a reçu le prix Nobel en 2002 pour ses travaux sur l’économie comportementale, qui consiste à étudier la manière dont les individus prennent des décisions financières. L’une des principales constatations des spécialistes est que les investisseurs agissent souvent de manière irrationnelle.
Il est parfaitement normal de réagir avec émotion aux événements sur les marchés. S’il est normal de s’inquiéter lorsque les marchés baissent, ce sont les décisions prises durant ces périodes qui peuvent faire la différence entre réussite et échec.
Une manière de favoriser les décisions d’investissement rationnelles est de comprendre les fondamentaux de l’économie comportementale. Reconnaitre les biais comportementaux – comme par exemple l’aversion aux pertes financières, ou encore une mentalité grégaire – pourrait aider les investisseurs à identifier les erreurs potentielles à ne pas commettre.

C’est la durée d’investissement qui compte, non le moment où l’on investit

Les corrections boursières ne sont pas rares et elles ne doivent pas déstabiliser. Cependant, lorsque les investisseurs voient la valeur de leurs placements s’évaporer, leur crainte de perdre peut les inciter à vendre à perte et à se tenir à distance du marché.
Mais cela peut leur coûter cher, car en restant sur la touche, ils risquent de passer à côté des périodes d’appréciation substantielle des cours qui succèdent aux phases de contraction. Le fait de ne manquer que quelques séances peut coûter cher. Un placement hypothétique de 1 000 USD effectué en 2010 dans le MSCI ACWI serait devenu 2 060 USD fin 2019. Mais un investisseur qui n’était pas investi durant les 30 meilleures séances de l’année aurait manqué 99 % de cette performance.
 

Le fait de manquer quelques-unes des meilleures séances peut pénaliser le rendement de vos placements.

Valeur d’un placement hypothétique de 1 000 USD dans le MSCI ACWI, hors dividendes, entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2019.

Les performances passées ne présagent pas des résultats futurs. À titre d’illustration uniquement. Les investisseurs ne peuvent pas investir directement dans un indice.

Chiffres en dollar US. Au 31 décembre 2019. Sources : RIMES, MSCI.

« Le plus important est à mon avis de maintenir une orientation à long terme. Il est impossible de deviner comment les marchés se comporteront aujourd’hui ou la semaine prochaine, et je doute que cet exercice contribue réellement à créer de la richesse sur le long terme. »

Tim Armour, Président-Directeur général de Capital Group

 

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Les informations fournies n’ont pas vocation à être exhaustives ni à apporter un conseil.