Capital IdeasSM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Obligations
L’investissement obligataire en période de hausse des taux d’intérêt
Keiyo Hanamura
Directeur des investissements
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Pour les investisseurs prudents souhaitant se prémunir contre les baisses et diversifier leur exposition aux actions. Les obligations d’entreprise investment grade peuvent offrir de la stabilité en temps de crise, et leur revenu relativement supérieur peut contribuer à générer des résultats modérés. La stratégie Capital Group Global Corporate Bond Fund peut procurer des résultats supérieurs, pour un risque supplémentaire limité.
  • Pour les investisseurs appliquant d’un horizon d’investissement plus lointain et/ou une plus grande tolérance au risque. La duration plus courte des obligations servant des taux supérieurs limite les effets non souhaités de la remontée des taux d’intérêt. De plus, les revenus élevés qu’elles génèrent peuvent offrir des résultats semblables à ceux d’actions sur le long terme. La stratégie Capital Group Global High Income Opportunities affiche un historique de revenus élevés tout en limitant habilement le risque baissier1.
  • Pour les investisseurs qui ne veulent pas transiger. Grâce à leur capacité à gérer les risques de duration et de crédit en fonction des conditions de marché, les stratégies de rendement total peuvent cibler leur allocation sur les actifs que les gérants de portefeuille jugent les plus prometteurs. La stratégie Capital Group Global Total Return Fixed Income peut être considérée comme une stratégie de cœur de portefeuille, en ce sens qu’elle vise à s'appuyer sur le caractère défensif de stratégies obligataires traditionnelles, tout en profitant de la flexibilité nécessaire pour générer des résultats plus attrayants.

Les grandes banques centrales ont commencé à resserrer leur politique monétaire pour tenter d’endiguer une inflation galopante. Malgré la remontée des taux d’intérêt, des études révèlent que les obligations peuvent générer des résultats positifs et comportent de nombreux avantages. Dans ces conditions, quelles sont les options pour les investisseurs cherchant à s’exposer au segment obligataire dans le cadre d’un portefeuille résilient et équilibré ?


Alors que les grandes banques centrales tentent de juguler l’inflation, les taux obligataires intègrent déjà un resserrement des politiques monétaires. Aux États-Unis, les taux des bons du Trésor à 10 ans sont nettement supérieurs aux niveaux d’avant la crise sanitaire, et les investisseurs anticipent un calendrier de resserrement accéléré ces deux prochaines années. Dans la zone euro, pour la première fois en trois ans, le taux du Bund allemand à 10 ans est revenu en territoire positif. Et même au Japon, où les taux d’intérêt sont depuis longtemps au plus bas, le taux de l’emprunt d’État de référence à 10 ans a atteint un sommet inédit depuis six ans, les marchés effleurant le haut de la fourchette du taux cible de la Banque du Japon. Alors que le nouveau cycle de hausse des taux ne fait que commencer, les marchés semblent quelque peu volatils. Mais les actifs obligataires continuent d’apporter de la stabilité dans un portefeuille et peuvent s’avérer particulièrement utiles dans le contexte de marché actuel.


Pour savoir comment l’investissement obligataire peut aider à faire face à un cycle de hausse des taux, lisez mon précédent article ici : L’investissement obligataire en période de hausse des taux d’intérêt


Obligations d’entreprise américaines


Pour les investisseurs prudents souhaitant se prémunir contre les baisses et diversifier leur exposition aux actions. Les obligations d’entreprise investment grade ont tendance à être les mieux alignées sur le niveau des emprunts d’État, dont elles partagent de nombreuses caractéristiques clés, parmi lesquelles une duration longue, une note de solvabilité supérieure (signe de qualité) ou encore une plus grande liquidité. Les obligations d’entreprise investment grade peuvent apporter de la stabilité en temps de crise, le recul des taux souverains prenant souvent le pas sur un élargissement des spreads de crédit (à savoir le surcroît de taux servi par les obligations d’entreprise par rapport aux emprunts d’État). Par ailleurs, lorsque les taux montent, le surcroît de taux obligataire contribuer à compenser l’impact des pertes en capital, ce qui peut s’avérer judicieux lorsque le niveau global des taux obligataires est bas, en particulier pour les investisseurs confrontés à des coûts de couverture potentiellement supérieurs. Par ailleurs, les obligations d’entreprise investment grade peuvent bénéficier du soutien des programmes d’assouplissement quantitatif, puisqu’elle sont assez haut placées dans la liste des priorités d’achat des banques centrales : aux États-Unis, elles sont juste derrière les bons du Trésor et les titres adossés à des crédits immobiliers.


La stratégie Capital Group Global Corporate peut procurer des résultats supérieurs, pour un risque supplémentaire limité. Contrairement à la plupart des stratégies axées sur les obligations d’entreprise, elle exclut toute exposition aux émetteurs high yield, lesquels constituent un facteur de risques additionnels. Son approche fondamentale consiste à surperformer grâce à une sélection judicieuse de titres et de secteurs, plutôt que de miser sur des décisions macroéconomiques fortes, mais aux résultats souvent irréguliers. En tirant parti de la nature variée de cette classe d’actifs, la stratégie est gérée uniquement par des analystes spécialistes des obligations d’entreprise investment grade, ce qui favorise la diversification tout en permettant à la stratégie d’être portée par les plus fortes convictions des analystes.


Cette approche a permis de générer des résultats solides, puisque la stratégie Capital Group Global Corporate surperforme son indice de plus de 1 % par an avant frais de gestion2. La stratégie affiche un profil de résultat proche de celui des obligations high yield, et un profil de risque proche de celui des obligations investment grade. En conséquence, les investisseurs ont jusqu’à présent pu profiter des atouts d’actifs de qualité (liquidité, diversification par rapport aux actions, etc.), tout en générant des résultats solides.


1. D’après l’exemple représentatif de la stratégie, qui a généré un revenu moyen de 7,1 % sur les 10 années prenant fin au 31 décembre 2021. 


2. Données au 28 février 2022. Indice : Bloomberg Global Aggregate Corporate (hedged to USD). Sources : Bloomberg, Capital Group.



Keiyo Hanamura est directeur des investissements chez Capital Group. Il possède 14 ans d’expérience et a rejoint Capital Group il y a 4 ans. Il est titulaire d’un master en affaires internationales de l’université de Californie à San Diego, et d’une licence en études internationales de l'université d’Iowa. Keiyo est basé à Tokyo.


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.