Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
ESG
Le dialogue, un gage de résultats supérieurs à long terme pour les sociétés dans lesquelles nous investissons
Matt Lanstone
Responsable de la recherche et de l’investissement ESG
Ce qu’il faut retenir
  • Nous sommes convaincus que l’échange, et non l’exclusion, est plus efficace pour avoir un impact positif.
  • Nos analystes prônent des politiques qui sont bénéfiques à la fois pour les investisseurs, les sociétés et l’environnement.
  • Notre recherche fondamentale approfondie nous aide à déceler des problèmes, à identifier des opportunités, et ensuite à nous permettre d’agir en conséquence.

Chez Capital Group, les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance jouent un rôle central dans l’ensemble de notre processus d’investissement. Nous ne réalisons un investissement qu’après avoir acquis une vue d’ensemble sur celui-ci, et nous recherchons les entreprises dotées de modèles économiques pérennes.


Nous intégrons les critères ESG à notre approche d’investissement par le biais d’un processus systématique reposant sur trois piliers interdépendants : 1) nos analystes sectoriels définissent les grands enjeux ESG pour chaque secteur, 2) ils s’appuient sur plusieurs systèmes de notation de tiers pour identifier les sociétés et émetteurs éventuellement problématiques, et 3) nous entretenons un dialogue constant avec les équipes dirigeantes des sociétés. Chacun de ces trois éléments vient compléter les deux autres pour créer un cycle perpétuel de vigilance.


 


Le dialogue actif fait partie intégrante de notre recherche fondamentale approfondie (clé de voûte depuis toujours de nos décisions d’investissement), et il s’étend généralement sur plusieurs décennies. La recherche intensive que nous menons et notre stratégie de détention prolongée des sociétés et des émetteurs dans lesquels nous investissons incitent naturellement nos analystes à nouer avec elles des relations constructives, ce qui nous confère auprès d’elles un accès privilégié et une grande crédibilité. De ce point de vue, nous avons constaté que le dialogue peut s’avérer plus efficace que l’exclusion pour favoriser le changement, car nous pouvons sensibiliser les entreprises aux enjeux ESG afin qu’elles en tiennent compte dans leur stratégie. Nous sommes généralement considérés comme un interlocuteur de valeur, capable d’accompagner, de conseiller et souvent de remettre en question l’approche des entreprises sur les sujets ESG. Leurs dirigeants reconnaissent notre sérieux et perçoivent bien souvent l’avantage mutuel du dialogue avec Capital Group.


Je couvre par exemple le secteur pétrolier et gazier depuis plus de 20 ans. Une major du secteur a récemment nommé un nouveau PDG que je connaissais déjà bien, et qui a sollicité mon avis dès qu’il a commencé à faire le point sur la stratégie ESG de cette société. Nous avons eu une réunion très productive dans son bureau avec d’autres associates de Capital Group, durant laquelle nous avons parlé de nombreux aspects ESG, et plus particulièrement des enjeux climatiques. Le PDG a constaté que nous avions un point en commun : notre horizon d’investissement s’inscrit dans la durée, bien au-delà du trimestre ou de l’année à venir.


Plus tard, lorsque les dirigeants de ce groupe ont présenté la nouvelle stratégie à long terme et les objectifs au titre des critères ESG, parmi lesquels la volonté d’accroître la part des énergies renouvelables, ils ont cité la contribution importante de Capital Group au développement du nouveau modèle économique.


Nos investisseurs étant notre première priorité, nous cherchons à aider les entreprises dans lesquelles nous investissons à poursuivre leur croissance et à s’améliorer sur le long terme, afin qu’elles puissent conserver leur avantage concurrentiel. Nous sommes partisans de plans d’affaires pérennes et de philosophies tournées vers l’avenir, avec prise en compte des critères ESG. Par exemple, dans le cas des acteurs du secteur de l’énergie, nous encourageons (et nous constatons) une évolution en faveur des énergies renouvelables, ce qui converge avec les besoins du marché et pourrait sans doute  être bénéfique pour les investisseurs, mais aussi les entreprises concernées ainsi que pour l’environnement. Nous restons bien sûr attentifs à la rentabilité financière de ces investissements.




La valeur de l’expérience


Faisons une comparaison intéressante : Capital Group compte plus de 200 analystes d’investissement et 100 gérants de portefeuille, possédant en moyenne respectivement 14 ans et 27 ans d’expérience1. tandis que la durée médiane du mandat des PDG est de 5 ans2. Chaque échange avec la direction des entreprises, qu’il s’agisse de jeunes pousses ou de multinationales établies, est partagé avec les autres analystes, documenté et répertorié pour alimenter les discussions futures. Voilà comment nous continuons d’approfondir notre connaissance des secteurs, des entreprises,  des émetteurs, des régions géographiques et des marchés.


Nous n’avons pas d’avis général sur des secteurs entiers, car pour nous, chaque entreprise ou chaque secteur est un cas particulier. Par exemple, plutôt que de renoncer à participer au capital d’acteurs du secteur pétrolier et gazier, nous continuons d’investir dans ceux qui ont décidé d’adopter une approche cohérente en faveur de la « transition énergétique ». En dialoguant avec ces acteurs, nous pouvons contribuer à dessiner un avenir moins tributaire des combustibles fossiles, mais dans lequel les besoins énergétiques de la planète resteront satisfaits.  Autre exemple : nous n’excluons pas forcément l’intégralité du secteur du tabac, et encourageons plutôt les entreprises qui élaborent des produits moins nocifs.


De la même manière, nous ne partons pas du principe que toutes les entreprises ayant pris conscience des enjeux climatiques sont irréprochables sur le plan social ou de la gouvernance. Tandis que les investisseurs sensibles aux questions environnementales sont naturellement attirés par les secteurs plus respectueux comme les fermes éoliennes, les panneaux solaires ou les voitures électriques, nous examinons aussi la manière dont chacune de ces sociétés traite ses collaborateurs et ses actionnaires, ainsi que les investissements qu’elle réalise en conséquence.


Dans d’autres secteurs comme les services aux collectivités, l’industrie et l’extraction minière, la prise en compte des critères ESG permet d’aller au-delà d’une simple approche d’exclusion. Nous avons d’ailleurs travaillé avec nombre de ces sociétés pour définir les critères ESG plus problématiques dans des secteurs spécifiques, tandis que nos analystes élaborent un cadre pour passer au crible chaque secteur. L’exclusion pure et simple d’une société ou d’un secteur ne nous permet pas d’induire le changement, et ne ferait qu’entretenir le statu quo.


En bref, notre processus d’investissement comporte plusieurs niveaux de recherche et nécessite un dialogue constant. Nous sommes convaincus qu’un partenariat avec les équipes dirigeantes aura un impact positif supérieur à long terme.


Vote par procuration


Le dialogue bilatéral que nous entretenons avec les dirigeants influence également la manière dont nous représentons les actionnaires par le biais du vote par procuration (ou « proxy voting »). Nos connaissances, mais également notre taille, entrent en ligne de compte : les entités de Capital Group figurant souvent parmi les principaux actionnaires, notre voix a du poids. Propriété rime avec responsabilité, et le vote est un moyen direct d’apporter notre contribution et d’exercer notre influence.


Nous avons mis en place des politiques robustes en matière de gouvernance d’entreprise et déployons d’importants efforts pour élaborer nos perspectives sur les grands enjeux (dont les questions environnementales et éthiques) et nourrir le débat. En 2020, nos gérants et analystes ont mené plus de 20 000 réunions avec les équipes dirigeantes, tandis que nos professionnels de l’investissement, 17 spécialistes GAP (Governance Analysis & Proxy) et 14 spécialistes ESG ont échangé avec plus de 400 sociétés de manière spécifique sur les sujets ESG.


Ces discussions, menées parallèlement aux visites de recherche et aux rendez-vous individuels, peuvent s’avérer plus efficaces que le vote en lui-même. Grâce à un suivi continu en coulisse, nous avons une vision claire sur nos positions et pouvons influencer le contenu et la formulation d’une proposition avant même qu’elle ne soit soumise à un vote.


 


La valeur ajoutée humaine


Grâce à la taille et à la renommée de Capital Group, nous avons non seulement la possibilité de discuter avec les équipes dirigeantes, mais également d’orienter leur trajectoire. Contrairement aux fonds indiciels, nous pouvons investir ou revendre notre participation dans les sociétés, le tout en nous appuyant sur des données de première main. Notre approche de recherche fondamentale au cas par cas est essentielle, et nous en sommes d’autant plus convaincus que la tendance mondiale va de plus en plus aux supports d’investissement qui minimisent ou retirent le jugement humain de l’équation. Si nous constatons qu’un engagement stratégique marqué en faveur des enjeux ESG peut conférer un avantage concurrentiel durable, alors nous renforçons notre investissement. À l’inverse, en l’absence de progrès substantiels, nous pouvons être amenés à éviter certaines entreprises. Voilà un moyen d’aider nos investisseurs à avoir une longueur d’avance sur les indices, qui sont incapables de faire évoluer leur allocation d’actifs en réponse aux données nouvelles concernant les sociétés qui les composent. Nous pouvons déceler des problèmes avant qu’ils ne deviennent une évidence pour d’autres, mais également identifier des opportunités qui passeront par ailleurs inaperçues.


Notre opinion n’est pas figée : lorsque nous identifions des sociétés qui, malgré de mauvais résultats au titre des critères ESG, semblent déterminées à accomplir des progrès substantiels, alors nous pouvons miser sur elles, ce qui profitera à nos investisseurs si ces changements se reflètent dans leurs valorisations. Il existe également des sociétés très bien notées au titre des critères ESG, mais avec lesquelles nous pouvons être en désaccord.


Nous ne nous limitons pas à rendre visite aux équipes dirigeantes de ces entreprises. Nous échangeons également longuement avec leurs employés, leurs concurrents et leurs fournisseurs, ce qui nous permet d’approfondir notre connaissance des rouages internes et des interactions avec l’extérieur.


Récemment par exemple, nous avons décidé de ne pas investir dans une enseigne de distribution très connue, car notre recherche de terrain a soulevé des questions sur sa chaîne logistique et sur la viabilité de ses marges. Malgré l’excellente réputation de cette société, les informations rendues publiques par la suite concernant sa chaîne logistique ont donné raison à nos analystes.


À l’inverse, les erreurs passées d’une entreprise peuvent, grâce au renouvellement de son équipe dirigeante, offrir un potentiel prometteur. C’est l’occasion de rencontrer les nouveaux dirigeants et d’orienter leurs actions, tout en restant attentifs à leur capacité à mener de front performance et transformation.


Saurons-nous déceler tous les risques potentiels ? Probablement pas, mais sans notre recherche fondamentale sans cesse renouvelée, nous sommes assurés de n’en identifier aucun. Sommes-nous passés à côté d’opportunités ? Peut-être, mais nous sommes convaincus que notre vaste effort de recherche fondamentale nous aide à dénicher d’autres investissements prometteurs.


Depuis 90 ans, Capital Group mise sur l’investissement de long terme, ce qui consiste à repérer des entreprises dotées de modèles économiques tournés vers l’avenir et appliquant une approche réfléchie des critères ESG. Nous mettons notre influence à profit pour encourager les sociétés et les émetteurs, voire des secteurs entiers, à s’améliorer continuellement. Cette démarche active, qui implique d’entretenir des relations suivies et de maintenir le dialogue, peut changer la donne pour nos investisseurs.


 


1. Au 31 décembre 2020.


2. Source : étude « 2018 CEO Success », Strategy&.


Sauf mention contraire, toutes les données sont à fin décembre 2020.


Capital Group gère des actions par l’intermédiaire de trois entités qui décident en toute indépendance de leurs investissements et de leurs votes. Les professionnels de l’investissement obligataire assurent la recherche et la gestion d’actifs obligataires à l’échelle de Capital Group. En ce qui concerne les titres apparentés à des titres de participation, ils agissent uniquement pour le compte de l’une des trois entités d’investissement en actions



Matt Lanstone dirige la division mondiale de recherche et investissements ESG de Capital Group et possède 28 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement. Il est titulaire d’une licence d’économie et de comptabilité, obtenue avec mention, de l’université de Bristol


En savoir plus

 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.