Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Actions
L’Inde sera-t-elle le prochain marché émergent à forte croissance ?
Anirundha Dutta
Économiste
Brad Freer
Gérant de portefeuille
Ce qu’il faut retenir
  • Après un ralentissement en 2019 et un confinement strict en 2020, l’Inde pourrait bien retrouver sa place parmi les économies émergentes les plus dynamiques. 
  • Dans cet article, nous passons en revue quelques grands secteurs (e-commerce, banque, immobilier, etc.) susceptibles de stimuler la reprise et d’offrir des opportunités aux investisseurs en actions. 

L’acquisition, par Facebook, d’une participation de 10 % dans Jio Platforms (filiale numérique du conglomérat indien Reliance Industries) pour un montant de 5,7 milliards USD a lancé un signal : celui de l’engouement croissant de la Silicon Valley pour le marché indien de la consommation. En intégrant le premier réseau mobile d’Inde, le réseau social américain souhaite avant tout offrir une solution de traitement des paiements à des millions de commerçants locaux par le biais de son service de messagerie instantanée WhatsApp, qui compte déjà plus de 400 millions d’utilisateurs en Inde. Google lui a rapidement emboîté le pas avec un investissement de 4,5 milliards USD dans Jio. Pour sa part, Walmart a dépensé 16 milliards USD pour prendre le contrôle de la « licorne » de l’e-commerce Flipkart, tandis qu’Amazon a misé près de Focus investissement L’Inde sera-t-elle le prochain marché émergent à forte croissance ? Février 2021 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX PROFESSIONNELS DE L’INVESTISSEMENT/ INVESTISSEURS QUALIFIÉS Document promotionnel Anirudha Dutta Économiste Brad Freer Gérant de portefeuille capitalgroup.com/europe 2 6,5 milliards USD pour devenir incontournable dans le paysage indien de l’e-commerce.


Tous ces groupes sont loin d’être les seuls à suivre ce mouvement. Grâce à sa culture entrepreneuriale et à son inépuisable vivier de talents dans le domaine de la technologie, l’Inde fourmille de concurrents locaux, dont certains bénéficient de généreux financements privés. Ces entreprises en pleine expansion se bousculent désormais pour s’introduire en Bourse. Si ces opérations portent leurs fruits, elles pourraient assurer l’avenir de l’écosystème digital local et diversifier le marché d’actions indien. Dans la sphère du commerce électronique, les pépites sont Flipkart, les services de livraison de repas Zomato et Swiggy, l’assureur en ligne Policybazaar, le logisticien Delhivery ou encore le site de cosmétiques Nykaa.


Les entreprises nouvellement cotées contribuent à la diversification du marché d’actions indien, qui ne se limite plus aux entreprises d’État et compte désormais des acteurs du secteur privé tels que des banques, des sociétés technologiques, des fabricants de biens de consommation et des acteurs du secteur de l’énergie. Le secteur de la santé est lui aussi en pleine croissance et dominé par les fabricants de médicaments génériques. Les importants investissements de fonds d’investissement étrangers jouent un rôle non négligeable dans la surperformance du marché indien par rapport aux autres marchés émergents


 

 


L’Inde prête pour enregistrer une croissance à deux chiffres


Avec le ralentissement du cycle d’investissement, les secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction et des infrastructures ont été en grande difficulté au cours des années 2010, ce qui a freiné la croissance du PIB à 4,2 % en 2019, son plus bas niveau en dix ans. Pendant cette période, les principaux moteurs de la croissance économique ont été la consommation privée tirée par des conditions de financement faciles, la croissance débridée du crédit au profit d’une population en quête d’une meilleure qualité de vie et les dépenses publiques. Quelles sont aujourd’hui les perspectives pour l’Inde ?


D’après nous, les mesures drastiques de réduction des coûts engagées ces dernières années par les acteurs de la filière manufacturière ont jeté les bases du changement. Les entreprises ont fait des coupes claires dans leurs investissements et réduit leur endettement. Le gouvernement indien a mis en œuvre des réformes qui faisaient cruellement défaut. En parallèle, les banques ont assaini leur bilan et prêtent à taux bas. Grâce à ces mesures, l’industrie manufacturière indienne semble entamer une phase de croissance qui pourrait durer plusieurs années, ce qui permettrait à ses entreprises de reconstituer leurs marges, leurs bénéfices et leur ROCE (rendement des capitaux engagés). Voilà qui devrait donner de l’élan à ce nouveau cycle d’investissement.


En parallèle, la campagne de vaccination anti-Covid contribue à restaurer la confiance des consommateurs. Malgré de sinistres prévisions, l’Inde a bien résisté à la pandémie : après un confinement considéré comme le plus strict de la planète, son économie a rebondi plus rapidement que prévu.


1. Sources : MSCI, RIMES. Au 31 janvier 2021


 


 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des placements et le revenu qu'ils génèrent peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse et vous pourriez perdre une partie ou la totalité de votre placement initial.
  • Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera.
  • Les risques varient selon la stratégie et peuvent être associés aux placements dans des titres à revenu fixe, produits dérivés, des titres de marchés émergents et/ou aux titres à haut rendement (high yield). Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.

  


Anirudha Dutta est économiste et peut s’appuyer sur 30 ans d’expérience dans l’industrie. Il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en gestion d’entreprise de la Xavier School of Management et d’une licence avec mention en génie métallurgique de l’Indian Institute of Technology de Kharagpur.

Brad Freer Gérant de portefeuille, Chris a 28 ans d’expérience dans le domaine de l’investissement. Il est titulaire d’une licence en relations internationales du Connecticut College et de la qualification Chartered Financial Analyst®.


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.