Capital IdeasTM

Perspectives d’investissement de Capital Group

Categories
Europe
Europe : pourquoi l’inflation et la croissance pourraient s'accélérer
Robert Lind
Économiste
Ce qu’il faut retenir
  • Dans l’après crise sanitaire, l’évolution des comportements de consommation et le climat politique entraîneront probablement une inflation plus élevée en Europe ces prochaines années.
  • En fonction de la réaction de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre, les taux d’intérêt pourraient augmenter modérément.
  • Les taux d’inflation et de croissance résulteront à la fois des prix de l’énergie, des habitudes de consommation, des pénuries de main-d’œuvre, des contraintes d’approvisionnement, et des politiques de relance budgétaire et monétaire.

Face au spectre de la flambée des prix de l’énergie, des pénuries de main-d’œuvre et des difficultés d’approvisionnement, les observateurs aux États-Unis, et désormais en Europe, se demandent si l’inflation continuera à progresser, et pour combien de temps.


Selon l’école de pensée dominante, les tensions inflationnistes s’atténueront une fois que les économies auront dépassé le stade de la reprise après la crise sanitaire, et que l’Europe aura renoué avec le modèle de faible croissance, de faible inflation et de faibles taux d’intérêt qu’elle connaît depuis une dizaine d’années. Pour moi, la pandémie a provoqué des changements dans le comportement des consommateurs et dans le climat politique qui, conjugués aux mutations déjà en cours, devraient déboucher sur un taux d’inflation de 2-3 % en Europe ces prochaines années. Je table sur une croissance du PIB réel d’environ 5 % en 2021 et de 4,5 % en 2022 en zone euro, et d’environ 7 % en 2021 et de 5 % en 2022 au Royaume-Uni.


Le taux d’inflation de la zone euro a récemment dépassé l’objectif à moyen terme de 2 % de la BCE1


On peut s’attendre à une hausse modérée des taux d’intérêt, qui dépendra largement de la réaction de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BoE). La BCE maintient un taux zéro pour les opérations principales de refinancement depuis mars 2016 et ne semble pas près de le relever à brève échéance. Elle a toutefois commencé à ralentir, en septembre, le rythme de ses achats d’obligations dans le cadre de son programme d’urgence contre la pandémie (PEPP), lequel pourrait d’ailleurs prendre fin en mars 2022.


La BoE a pour sa part réduit son taux directeur à 0,1 % en mars 2020. Les marchés tablent sur une première hausse d’environ 0,25 % d’ici la fin de l’année, qui devrait être suivie d’autres relèvements en 2022.


Taux de référence des banques centrales et attentes du marché2


Voici six raisons pour lesquelles je m’attends à une poussée de l’inflation et à une croissance plus forte en Europe au cours des prochaines années :


1. Les changements structurels en cours dans le secteur de l’énergie maintiendront les prix de l'électricité, du gaz et du pétrole à un niveau élevé.


L’industrie est en plein essor en Allemagne et au Royaume-Uni, ce qui entraîne une hausse de la demande d’énergie. En parallèle, l’offre est plus limitée en raison de facteurs tant cycliques que structurels.


Pour le gaz naturel, l’Europe est tributaire de la Russie et de la Norvège, où d’importantes coupures se sont produites pour des raisons politiques ou en raison d’infrastructures vieillissantes. En outre, l’hiver dernier a été plutôt froid, ce qui a empêché l’Europe de se constituer un stock de gaz.


L’effet combiné d’une très forte demande et de faibles réserves a été aggravé par la lenteur de la transition vers les énergies renouvelables. L’Europe dépend encore beaucoup trop des combustibles fossiles : pour différentes raisons, les parcs éoliens et les barrages ne produisent pas suffisamment d’électricité pour répondre aux besoins essentiels. Le Vieux Continent doit donc multiplier ses capacités de production d’énergies renouvelables, ce qui prendra un certain temps et signifie que les problèmes d’approvisionnement risquent de se prolonger plusieurs années encore.


 


1. Source : Banque centrale européenne. Données trimestrielles annualisées au 15 octobre 2021.


2. Source : Bloomberg. Données au 15 octobre 2021. Le taux implicite des contrats à terme reflète les attentes du marché concernant la variation des taux pour décembre 2021.


 


Avant d’investir, il convient de tenir compte des facteurs de risque suivants

  • Le présent document n’a pas vocation à fournir un conseil d’investissement, ni à être considéré comme une recommandation personnalisée.
  • La valeur des placements et le revenu qu’ils génèrent peuvent fluctuer à la hausse comme à la baisse et vous pourriez perdre une partie ou la totalité de votre placement initial.
  • Les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
  • Si la devise dans laquelle vous investissez s’apprécie face à celle dans laquelle les investissements sous-jacents du fonds sont réalisés, alors la valeur de votre placement baissera. La couverture du risque de change vise à limiter ce phénomène, mais il n’y a aucune garantie que cette couverture sera totalement efficace.
  • Les risques varient selon la stratégie et peuvent être associés aux placements dans des titres à revenu fixe, produits dérivés, des titres de marchés émergents et/ou aux titres à haut rendement (high yield). Les marchés émergents sont volatils et peuvent pâtir de problèmes de liquidité.


Robert Lind est économiste chez Capital Group. Il possède 33 ans d’expérience et a rejoint Capital Group il y a 4 ans. Il est titulaire d’une licence de philosophie, politique et économie de l’université d’Oxford. Robert est basé à Londres.


 

Les résultats passés ne présagent pas des résultats futurs. La valeur des investissements et le revenu qu’ils génèrent ne sont pas constants dans le temps, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer l’intégralité de leur mise initiale. Les informations fournies dans le présent document ne constituent pas une offre de conseil en investissement, en fiscalité ou autre, ni une sollicitation à l’achat ou à la vente de titres.

Les déclarations attribuées à un individu représentent les opinions de ce dernier à la date de leur publication, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Capital Group ou de ses filiales. Sauf mention contraire, toutes les informations s’entendent à la date indiquée. Certaines données ayant été obtenues de tiers, leur fiabilité n’est pas garantie.