Le monde en 2030 : investir pour la prochaine décennie | Capital Group

Select your location

Who are you ?

Select another location

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Who are you ?

Select another location

Who are you ?

RETIREMENT PLAN INVESTOR

Use your plan ID (available on your account statement) to determine which employer-sponsored retirement plan website to use:

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH IRK, BRK, 1 OR 2

Visit americanfunds.com/retire

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH 34 OR 135

Visit myretirement.americanfunds.com

Points de vue

POINTS DE VUE  |  AVRIL 2021

Le monde en 2030 : investir pour la prochaine décennie

Avec la collaboration de
Jody Jonsson, gestionnaire de portefeuille d’actions
Martin Romo, gestionnaire de portefeuille d’actions

Nos gestionnaires de portefeuille partagent leurs prédictions sur la façon dont le monde pourrait être différent en 2030 et détaillent les conséquences potentielles de ces tendances en matière d’investissement.

Le monde en 2030 peut sembler bien loin, mais chez Capital Group, nous passons beaucoup de temps à penser à l’avenir lointain.

« Pour ma part, imaginer la vie en 2030 n’est pas qu’une hypothèse, » affirme Rob Lovelace, vice-président de Capital Group, exprimant un sentiment partagé par nombre de ses collègues. « La durée moyenne de détention dans les portefeuilles que je gère est d’environ huit ans, alors cette idée est pleinement intégrée dans mon approche d’investissement. »

Nous avons demandé à notre équipe d’investissement de sortir leur boule de cristal pour imaginer comment la vie pourrait changer d’ici la fin de la décennie. Voici les points de vue de sept gestionnaires de portefeuille sur le monde en 2030, et sur la manière dont ces tendances changeantes influencent leurs décisions de placements.

1. La COVID-19 pourrait être le Pearl Harbor de cette génération

2. L’argent comptant est une espèce en voie de disparition

3. Un remède contre le cancer est peut-être à portée de main

4. L’innovation en matière de soins de santé passe à la vitesse de la lumière

5. L’énergie renouvelable alimente le monde

6. Les véhicules électriques et autonomes s’engagent sur la voie rapide

7. Ce qui ne changera pas? Investir avec succès

1. La COVID-19 pourrait être le Pearl Harbor de cette génération — Martin Romo

Dans dix ans, je pense que nous considérerons COVID-19 comme le « Pearl Harbor » de notre génération, une période où l’adversité extrême stimule l’innovation et les changements de comportement pour aider à résoudre certains des plus grands problèmes de l’époque. Au moment de l’attaque de Pearl Harbor, l’artillerie américaine était à 75 % tirée par des chevaux. Permettez-moi de le répéter : En 1941, les trois quarts de notre artillerie dépendaient de chevaux. Pourtant, à la fin de la guerre, nous étions déjà passés à l’ère atomique. Cette incroyable transformation a déclenché une période d’innovation et de croissance de l’économie américaine qui a duré des décennies.

La COVID-19 pourrait s’avérer être le catalyseur qui nous incitera à nous attaquer à des problèmes cruciaux au cours de la prochaine décennie, tels que le coût des soins de santé, de l’éducation et du logement. Nous avons déjà assisté à un développement presque magique des vaccins contre la COVID-19 à une vitesse que peu de gens pensaient possible. Nous pratiquons également dans notre vie quotidienne des activités que nous n’aurions jamais imaginé voir se développer aussi rapidement.

En 2030, nous pourrions vivre, travailler, étudier et jouer dans un monde qui a radicalement changé. Notre vie pourrait être meilleure, plus riche, plus saine, moins chère et profondément plus numérique, virtuelle et centrée sur les données. Bon nombre de ces technologies existent déjà, mais je crois qu’il y a encore beaucoup de potentiel inexploité pour les entreprises innovantes de voir plus grand et de les utiliser de manière à résoudre des problèmes de société.

2. L’argent comptant est une espèce en voie de disparition — Jody Jonsson

Dans dix ans, les paiements numériques seront la norme et les gens vous regarderont bizarrement si vous essayez de payer comptant.

C’est un domaine dans lequel les marchés émergents ont une longueur d’avance sur les États-Unis. Nous observons cette tendance depuis plusieurs années dans les pays en développement, où de nombreux consommateurs n’avaient pas de compte bancaire mais disposaient d’un téléphone mobile et ont adopté rapidement la technologie du paiement mobile. La pandémie a accéléré l’utilisation des paiements numériques dans le monde entier, y compris dans des endroits où elle n’était pas encore ancrée dans la vie quotidienne. Une fois la crise passée, je pense que beaucoup plus de gens seront à l’aise avec les paiements numériques et qu’ils ne ressentiront probablement plus autant le besoin de recourir à l’argent comptant qu’auparavant.

Comme les consommateurs sont de plus en plus à l’aise avec cette technologie, les entreprises ayant une large présence mondiale, comme Mastercard et PayPal, sont prêtes à en profiter. Nous avons également constaté une forte croissance des petites entreprises en dehors des États-Unis, comme PagSeguro et StoneCo au Brésil, qui proposent des plateformes de paiement mobile aux commerçants.

3. Un remède contre le cancer est peut-être à portée de main — Cheryl Frank

Le remède contre le cancer est peut-être plus proche que vous ne le pensez. En fait, je pense que certains cancers seront pratiquement guéris par la thérapie cellulaire d’ici 2030. De nouveaux tests fiables devraient permettre de détecter très tôt la formation et la localisation du cancer. Au-delà de cela, le cancer pourrait être en grande partie éradiqué comme cause majeure de décès grâce à un diagnostic précoce.

La réduction considérable des coûts et les progrès scientifiques ont contribué à une croissance phénoménale de la recherche médicale. Nous sommes dans une période de renaissance pour la R et D, et les entreprises investissent de manière importante pour trouver des moyens uniques de combattre le cancer et d’autres maladies. La recherche génomique et les thérapies dérivées des tests génétiques ont le potentiel de prolonger les vies et de générer des milliards de dollars de revenus pour les entreprises qui les développent.

Je ne serais pas surprise de voir une part croissante de l’innovation pharmaceutique provenir de l’extérieur des États-Unis. En fait, je m’attends à voir l’apparition de nombreux médicaments à succès en Chine d’ici 2030. Ce pays compte la plus grande population de patients atteints de cancer au monde, et il est beaucoup plus facile de recruter ces patients pour des essais cliniques. Je pense qu’ils commenceront à produire de nouveaux médicaments d’ici cinq à dix ans et qu’ils les vendront dix fois moins cher qu’aux États-Unis.

4. L’innovation en matière de soins de santé passe à la vitesse de la lumière — Rich Wolf

Star Trek, la série télévisée classique de science-fiction, dépeignait un avenir lointain où les explorateurs de l’espace parcouraient les galaxies, équipés de technologies de pointe telles que le tricordeur, un appareil médical portatif qui numérisait les signes vitaux d’une personne, établissait un diagnostic et prescrivait un traitement en quelques minutes. Bien que je ne pense pas qu’il y aura un tricordeur unique qui fera tout, je soupçonne que d’ici 2030, beaucoup d’entre nous auront des appareils semblables qui analyseront le sang, effectueront un suivi cardiologique et vérifieront même à distance notre respiration pendant notre sommeil, certains de ces appareils étant déjà disponibles aujourd’hui.

Nous assistons déjà à une vague massive d’innovation et de perturbation dans le secteur de la santé qui a le potentiel de créer de nouvelles occasions pour les entreprises, de réduire les coûts globaux et, surtout, d’améliorer les résultats pour les patients. Les percées dans le domaine du diagnostic mèneront à une détection plus précoce des maladies, ce qui permettra de rendre les médicaments plus efficaces ou, dans certains cas, de traiter la maladie avant qu’elle ne progresse. L’une des choses les plus intéressantes aujourd’hui est ce que l’on appelle la biopsie liquide, qui permet de détecter une tumeur à son stade le plus précoce à partir d’un échantillon de sang.

Un vaste éventail d’entreprises de technologie traditionnelle et de technologie médicale travaillent depuis un certain temps à la mise au point de diagnostics à domicile, et les patients bénéficient désormais de leurs innovations. Il s’agit d’appareils peu coûteux capables de saisir toutes sortes de données relatives à la santé qui non seulement nous aident à améliorer notre propre santé, mais qui peuvent être immédiatement envoyées à notre médecin pour une consultation plus approfondie. Nous n’en sommes encore qu’aux premiers stades de développement, mais d’ici 2030, ces appareils devraient faire partie intégrante de notre quotidien.

5. L’énergie renouvelable alimente le monde — Noriko Chen

Je pense que nous allons assister à une évolution spectaculaire vers l’énergie renouvelable au cours de la prochaine décennie. Nous sommes au début de la transition vers l’électrification du réseau et l’énergie verte, et il y a de forts vents arrière qui pourraient stimuler la croissance jusqu’en 2030 et au-delà. L’automatisation et l’intelligence artificielle préparent le terrain pour une belle époque dans le domaine des énergies renouvelables, en diminuant les coûts tout en stimulant la productivité et l’efficacité.

L’énergie renouvelable a toujours été perçue comme coûteuse, peu pratique et peu rentable, mais cela est en train de changer rapidement. Certains services aux collectivités traditionnels réalisent déjà plus de 30 % de leur chiffre d’affaires grâce aux énergies renouvelables et atteignent un point d’inflexion où ils sont davantage reconnus comme des entreprises de croissance plutôt que de simples producteurs d’électricité et opérateurs de réseau statiques de la vieille économie. L’évolution vers les énergies renouvelables est plus prononcée dans les services aux collectivités européens, notamment Enel en Italie,  E.ON en Allemagne et Ørsted au Danemark. Leurs gouvernements ont fixé des objectifs de décarbonisation élevés et ont créé des incitations à investir davantage, non seulement dans les réseaux électriques et les infrastructures, mais aussi dans l’entreposage de batteries et d’autres technologies susceptibles d’accélérer la demande.

6. Les véhicules électriques et autonomes s’engagent sur la voie rapide — Chris Buchbinder

Je pense qu’en 2030, nous assisterons au déploiement à grande échelle de parcs de véhicules électriques autonomes dans la plupart des grandes villes et dans de nombreuses villes secondaires du monde. La possession d’un véhicule personnel passera du statut de nécessité à celui de luxe. Beaucoup de gens auront encore des véhicules, tout comme les gens font du cheval ou du vélo pour le plaisir. Mais les véhicules personnels ne seront plus nécessaires comme principal moyen de transport pour la plupart des habitants des grandes villes.

C’est un domaine que le marché n’a pas encore pleinement apprécié. À l’heure actuelle, les chefs de file du marché sont intégrés à d’autres entreprises (comme Waymo d’Alphabet, Zoox d’Amazon ou la division Cruise de GM) de sorte que les investisseurs ne peuvent pas acheter une entreprise de conduite à 100 % autonome. Mais à mesure que ces parcs automobiles se déploient plus publiquement, le marché devrait commencer à réévaluer ces entreprises et à comprendre qu’il s’agit d’un secteur d’activité réel, et non d’un projet scientifique.

Je pense également que c’est en 2030 que nous verrons probablement des moteurs électriques hybrides et des moteurs à hydrogène être introduits dans les aéronefs commerciaux, avec un déploiement généralisé au cours des 5 à 10 années suivantes. L’impact sur les émissions mondiales pourrait être considérable si nous passons à un monde où d’énormes parcs de véhicules électriques autonomes circulent sur les routes et où le transport aérien passe du carburant à base de pétrole à un mélange de pétrole, d’électricité et d’hydrogène.

7. Ce qui ne changera pas? Investir avec succès — Andrew Suzman

Mes collègues sont peut-être capables de regarder l’avenir et d’imaginer de nouveaux produits et de nouvelles tendances, mais j’aimerais prédire une chose qui ne sera pas différente en 2030. Malgré tous les changements qui se produisent dans le monde, je pense que la nature de mon travail et mes priorités en tant que gestionnaire de portefeuille seront exactement les mêmes.

En 2030, tout comme nous l’avons fait en 2020 et en 2010, et chaque année avant cela, nous découvrirons des entreprises qui font des choses intéressantes. Nous essaierons de les acheter à des prix raisonnables et de les conserver afin que les rendements que nous obtenons soient meilleurs que si nous achetions tout ce que nous voyons. Voilà donc ma stratégie. Certaines entreprises réussiront et d’autres non. Notre travail consiste à trouver les entreprises les plus susceptibles de réussir et de créer de la richesse au fil du temps, afin que nos investisseurs puissent en profiter. Je ne dis pas que nous serons parfaits, mais je suis optimiste quant à notre capacité à trouver davantage de bonnes entreprises que de mauvaises et à continuer à créer de la valeur pour nos clients.

À propos

 

Jody Jonsson Gestionnaire de portefeuille d’actions

Jody Jonsson est gestionnaire de portefeuille d’actions avec 31 ans d’expérience en investissement, dont 29 chez Capital. Elle est titulaire d’un MBA de Stanford et d’un baccalauréat de Princeton. Jody détient le titre d’analyste financière agréée (CFA) et est membre du CFA Institute.

Martin Romo Gestionnaire de portefeuille d’actions

Martin Romo est gestionnaire de portefeuille d’actions et possède 28 ans d’expérience en investissement. Il est président de la Capital Research Company et siège au Comité de gestion de Capital Group. Il est titulaire d’un baccalauréat de l’Université de Californie à Berkeley et d’un MBA de Stanford.


Les placements dans un fonds commun de placement peuvent donner lieu à des frais de courtage, des commissions de suivi, des frais de gestion et d’autres charges. Veuillez lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire.

À moins d’indication contraire, les professionnels en placement mentionnés ne gèrent pas les fonds communs de placement canadiens de Capital Group.

Les mentions d’entreprises ou de titres en particulier, le cas échéant, sont indiquées à titre d’information ou d’exemple seulement et ne doivent pas être interprétées comme étant validées par Capital Group. Les points de vue exprimés sur une entreprise, un titre, une industrie ou un secteur du marché en particulier ne doivent pas être interprétés comme une indication d’intention d’achat ou de vente d’un fonds d’investissement ou de titres détenus par un fonds d’investissement. Ces points de vue ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement ni des recommandations d’achat ou de vente.

Les déclarations attribuées à une personne représentent les opinions de cette personne à la date de publication et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Capital Group ou de ses sociétés affiliées. Les présents renseignements visent à mettre en évidence certaines questions. Ils ne doivent pas être considérés comme exhaustifs ni comme constituant des conseils. Les renseignements fournis sont présentés à titre indicatif uniquement et ne visent pas à fournir des conseils sur le plan fiscal, juridique ou financier. Nous déclinons toute responsabilité à l’égard d’informations inexactes, tardives ou incomplètes, ainsi qu’à toute décision prise en fonction de ces informations. Les renseignements contenus dans les présentes ont été fournis sans vérification et peuvent faire l’objet de modifications. Les fonds Capital Group sont offerts au Canada par l’intermédiaire de courtiers inscrits. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter votre conseiller financier ou votre conseiller fiscal.

Les énoncés prospectifs ne garantissent aucunement les rendements futurs, et les événements et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs des présentes. Les lecteurs sont encouragés à examiner attentivement ces facteurs et d’autres avant de prendre une quelconque décision de placement, et il leur est vivement conseillé de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs.

L’indice S&P 500 (l’« indice ») est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC ou des membres de son groupe, dont l’utilisation a été concédée sous licence à Capital Group. © 2021 S&P Dow Jones Indices LLC, une division de S&P Global, ou des membres de son groupe. Tous droits réservés. La redistribution ou la reproduction, en partie ou en totalité, sont interdites sans l’autorisation écrite de S&P Dow Jones Indices LLP.

Source FTSE : London Stock Exchange Group plc et les entreprises du groupe (collectivement, le « groupe LSE »). © Groupe LSE 2021. FTSE Russell est une appellation commerciale de certaines sociétés du groupe LSE. « FTSE® » est une marque de commerce des sociétés membres du groupe LSE concernées, utilisée sous licence par toute autre société membre du groupe LSE. Tous les droits à l’égard des indices FTSE Russell ou de leurs données sont acquis auprès de la société membre du groupe LSE concernée à qui appartiennent les indices ou les données. Ni le groupe LSE ni ses concédants de licence n’acceptent de responsabilité pour les erreurs ou les omissions dans les indices ou les données, et aucune partie ne peut se fier aux indices ou aux données de la présente communication. Aucune autre publication des données du groupe LSE n’est permise sans le consentement écrit de la société membre du groupe LSE concernée. Le contenu de la présente communication n’est pas promu, parrainé ou endossé par le groupe LSE. L’indice n’est pas géré et il est impossible d'y investir directement.

Bloomberg® est une marque de commerce de Bloomberg Finance L.P. (collectivement dénommée « Bloomberg » avec ses sociétés affiliées). Barclays® est une marque de commerce de Barclays Bank Plc (collectivement dénommée « Barclays » avec ses sociétés affiliées), utilisée sous licence. En aucun cas, Bloomberg ou Barclays n’approuvent le présent document ni ne garantissent l’exactitude ou l’exhaustivité des renseignements qu’il contient et, dans toute la mesure où cela est permis par la loi, aucune des deux sociétés ne saurait être tenue responsable des préjudices ou dommages pouvant en découler.

MSCI n’approuve, ne revoit ou ne produit pas les rapports publiés sur ce site, ne donne aucune garantie explicite ou implicite, ne fait aucune déclaration ni ne peut être tenue responsable quant aux données présentées. Vous ne pouvez ni redistribuer les données de MSCI ni les utiliser comme base pour d’autres indices ou produits de placement.

Capital estime que les logiciels et l’information de FactSet sont fiables. Toutefois, Capital ne sera pas tenue responsable des inexactitudes, des renseignements incomplets ou de la mise à jour de l’information fournie par FactSet. Les renseignements contenus dans ce rapport ont pour but de vous fournir un compte rendu approximatif des caractéristiques du fonds ou du gestionnaire à la date indiquée. Cette information n’est pas indicative des décisions d’investissement futures et n’est pas utilisée dans le cadre de notre processus de décision d’investissement.

Les indices ne sont pas gérés et il est impossible d’y investir directement. Les rendements représentent la performance passée et ne garantissent aucunement les rendements futurs; ils ne représentent pas un placement précis.

Toutes les marques de commerce de Capital Group appartiennent à The Capital Group Companies, Inc., ou à une société affiliée située au Canada, aux États-Unis ou dans d’autres pays. Tous les autres noms de sociétés mentionnés sont la propriété de leurs sociétés respectives.

Les fonds Capital Group et Gestion d'actifs Capital International (Canada), Inc. font partie de Capital Group, un gestionnaire de placements d’envergure mondiale qui a été créé en 1931 à Los Angeles, en Californie. Capital Group gère des actions par l’intermédiaire de trois groupes de placement. Ces groupes prennent des décisions relatives aux placements et aux votes par procuration de façon indépendante. Des spécialistes des titres à revenu fixe fournissent à l’ensemble de Capital Group des services de recherche et de gestion des placements en titres à revenu fixe; par contre, dans le cas des titres présentant les caractéristiques des actions, ils agissent uniquement pour le compte de l’un des trois groupes de placement en actions.

Les fonds Capital Group sur ce site Web sont offerts uniquement aux résidents canadiens.