Perspectives sur l’économie américaine : le futur est déjà là, et il est numérique | Capital Group Canada | Perspectives

Select your location

Who are you ?

Select another location

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Who are you ?

Select another location

Who are you ?

RETIREMENT PLAN INVESTOR

Use your plan ID (available on your account statement) to determine which employer-sponsored retirement plan website to use:

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH IRK, BRK, 1 OR 2

Visit americanfunds.com/retire

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH 34 OR 135

Visit myretirement.americanfunds.com

Points de vue

POINTS DE VUE  |  DÉCEMBRE 2020

Perspectives sur l’économie américaine : le futur est déjà là, et il est numérique

Avec la collaboration de
Jared Franz, économiste
Martin Romo, gestionnaire de portefeuille d’actions
Rich Wolf, gestionnaire de portefeuille d’actions

Les consommateurs américains effectuaient des achats et consultaient des médecins en ligne bien avant la COVID-19, mais la pandémie a ouvert de nouvelles opportunités pour les entreprises qui s’intéressent au numérique.

De temps à autre, une crise survient qui entraîne des changements à une telle vitesse que les investisseurs peuvent presque sentir le sol bouger sous leurs pieds.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, on estime que 75 % de l’artillerie américaine était tirée par des chevaux. À la fin de la guerre, les États-Unis étaient entrés dans l’ère atomique, ce qui a précipité une vague d’innovation ayant aidé les États-Unis à devenir l’économie dominante mondiale.

Martin Romo, gestionnaire de portefeuille d’actions, fait remarquer le caractère dramatique de ces années. Selon lui, la pandémie de la COVID-19 présente un analogue fascinant. Il soulève le fait que nous nous sommes soudain retrouvés à passer une grande partie de notre temps en ligne, à travailler, à faire des achats et à apprendre. Martin se questionne à savoir qu’en est-il si l’apprentissage en ligne comme il existe aujourd’hui est l’équivalent de la calèche? À quoi pourrait ressembler l’équivalent nucléaire d’une classe en ligne?

En effet, aussi frappants que soient les changements de comportement en 2020, nous pourrions un jour considérer 2021 comme un tournant majeur non seulement pour l’économie, mais aussi pour la santé publique, la politique et la façon dont nous vivons à l’ère numérique. Toujours selon Martin, plus nous vivons dans un environnement où nous devons faire attention à notre santé, plus le changement de comportement sera persistant. Selon lui, nous avons juste appuyé sur le bouton d’accélération vers le futur, et il ne pense pas que nous allons revenir en arrière.

La forme de la reprise économique dépend des vaccins

Bien que les habitudes des consommateurs et des industries entières puissent être à jamais modifiées par la pandémie, l’activité économique globale a connu un retour remarquable. Après avoir connu leur pire récession depuis la Grande Dépression, les États-Unis ont généré une croissance record du PIB de 33,1 % annualisé au troisième trimestre 2020. L’économie américaine peut-elle poursuivre sa forte reprise en 2021?

La force de la reprise dépend du vaccin

Les récentes flambées de la COVID-19 à travers le pays suggèrent que le virus n’a pas encore été contenu et qu’il continuera probablement à avoir un impact sur la croissance à court terme, selon l’économiste américain Jared Franz. Selon Jared, toutes les prévisions de croissance dépendent de la trajectoire des vaccins. Ce dernier effectue des analyses de scénarios de croissance économique plutôt que d’émettre une prévision. Un déploiement plus lent des vaccins pourrait entraîner une croissance inégale pendant quelques trimestres, tandis qu’une distribution plus rapide pourrait faire passer la croissance du PIB au-dessus de 3 % en 2021.

Quand les vaccins seront-ils largement disponibles? Rich Wolf, gestionnaire de portefeuille d’actions, déclare que nous avons déjà vu des données prometteuses provenant des essais de Pfizer, Moderna et AstraZeneca. Selon lui, il faudra du temps pour qu’un vaccin soit largement disponible et pour convaincre les gens de le prendre. Il ajoute qu’il semblerait qu’à la fin du mois de novembre, les États-Unis disposeront de deux vaccins pour une autorisation d’utilisation d’urgence d’ici la fin de 2020. Il s’attend à ce qu’il y ait au moins quatre vaccins largement disponibles d’ici le milieu de l’année 2021.

Une grande accélération redéfinit l’économie

Un regard sous la surface révèle que des secteurs majeurs de l’économie ont évolué dans des directions très différentes, reflétant la disparité entre les entreprises qui ont bénéficié des effets enracinés dans la pandémie de la COVID-19 et celles qui ont été écrasées par celle-ci.

Pour les restaurants, les hôtels, les détaillants, les compagnies aériennes et les petites entreprises, ce fut littéralement les pires moments. À l’opposé, l’ère du confinement à la maison a été une véritable bénédiction pour le commerce électronique, l’infonuagique, la diffusion vidéo, les systèmes de paiement numérique et les centres de rénovation.

Au fur et à mesure de la reprise, le travail le plus important pour les investisseurs consistera à séparer les gagnants et les perdants à long terme.

Jared est d’avis que l’économie post-pandémique va probablement être très différente de l’économie que nous avions en février 2020. Toujours selon lui, celle-ci sera plus efficace et plus dynamique qu’auparavant, mais il y aura des gagnants et des perdants. Il précise que notre travail en tant qu’investisseurs actifs est de les identifier, en trouvant les entreprises en croissance qui ont non seulement bénéficié de la pandémie, mais qui ont aussi le potentiel pour continuer à générer une croissance solide dans un monde post-pandémique.

Dans tous les secteurs, les leaders du numérique prennent de l’avance

Le fossé numérique qui existait bien avant l’épidémie de coronavirus est soudainement devenu un Grand Canyon numérique. Le Vendredi fou, qui marque traditionnellement le début de la saison des achats de Noël, illustre bien la division. Selon le Wall Street Journal, environ la moitié des consommateurs ont visité les magasins lors du Vendredi fou 2020 par rapport à l’année précédente. Pendant ce temps, les achats des fêtes en ligne devraient augmenter de 22 % pour atteindre 202 milliards USD, selon la National Retail Federation.

Les entreprises ayant un modèle commercial en ligne efficace ont un avantage

Les entreprises dotées de modèles commerciaux en ligne rapides et efficaces s’élèvent au-dessus de la concurrence, bouleversant le statu quo et déplaçant les anciens piliers de l’économie. Ce vaste thème d’investissement ne se limite pas au commerce de détail, mais traverse de nombreux secteurs clés de l’économie, du divertissement à la publicité en passant par le traitement des paiements. Même l’industrie du conditionnement physique subit un entraînement numérique vigoureux.

Selon Chris Buchbinder, gestionnaire de portefeuille, nous étions déjà engagés dans cette voie lorsque la COVID-19 est arrivée et cela lui a donné un énorme coup de pouce. Il affirme aussi que les taux de croissance des entreprises ayant un avantage numérique ont été phénoménaux. D’après lui, lorsque la pandémie sera chose du passé, nous verrons peut-être un ralentissement des taux de croissance, mais il ne pense pas que beaucoup de gens annuleront leur abonnement à Netflix ou retourneront leur vélo Peloton.

Les visites à domicile se multiplient dans le domaine de la santé

L’attention du monde entier a porté sur la vitesse de développement du vaccin contre la COVID-19. Cependant, les progrès de la technologie médicale et les changements de comportement des consommateurs convergent pour améliorer les résultats pour les patients, réduire les coûts médicaux et créer des opportunités pour les entreprises. Rich déclare qu’il n’y a jamais eu de période plus excitante dans le domaine de la santé.

Considérez la récente montée en flèche de la demande de visites médicales en ligne. Ce service est offert depuis quelques années, mais son adoption était limitée avant la pandémie. Selon Rich, la télémédecine avait déjà fait des vagues, mais la COVID-19 et l’assouplissement des règles par les régulateurs l’ont transformée en tsunami.

De plus, les progrès réalisés en matière de diagnostic à domicile, notamment les moniteurs de glucose en continu et les pompes à insuline pour le diabète, ainsi que les moniteurs portables qui suivent les battements de cœur irréguliers et d’autres signes de maladie cardiaque, permettent aux médecins de surveiller leurs patients à distance.

Les dispositifs de surveillance à domicile gagnent en popularité auprès des patients

Rich précise que nous n’en sommes encore qu’aux premiers stades de la mise au point de dispositifs rentables qui peuvent envoyer aux médecins toute une série de mesures liées à la santé ou aider le patient à gérer ses propres soins.

Une série d’entreprises pourraient répondre à la demande croissante de surveillance à distance, notamment DexCom, ResMed, Insulet, Tandem, iRhythm et Abbott Laboratories. Il comprend également des services de télémédecine comme ceux offerts par Teladoc et UnitedHealth.

Certaines expériences ne peuvent pas être rendues numériques

Cependant, les avantages d’une présence numérique ne sont pas illimités. Certaines expériences ne peuvent simplement pas être rendues numériques.

Prenez le soi-disant « vol vers nulle part ». Le 10 octobre 2020, après des mois passés chez eux, 150 passagers impatients ont embarqué sur le vol QF787 de Qantas pour un vol de sept heures de Sydney, en Australie, vers... Sydney, en Australie; juste pour le plaisir de voyager. Le vol a été complet en 10 minutes.

Peu d’expériences animent l’esprit humain comme le désir de voyager, ce qui donne à Todd Saligman, analyste de placements en actions, l’assurance que la demande de compagnies aériennes et même de croisières va rebondir.

Selon Todd, qui couvre les compagnies aériennes américaines et européennes et les compagnies de croisière américaines, la question est de savoir à quelle vitesse. Il pense que cela se fera rapidement une fois que nous aurons un vaccin. Nous l’avons également constaté après les attentats du 11 septembre. Bien des gens pensaient que les consommateurs ne prendraient plus jamais l’avion, mais le trafic a repris assez rapidement.

En effet, en Chine, où le virus est largement sous contrôle et où l’économie a rebondi, les vols intérieurs sont presque revenus aux niveaux d’avant la COVID-19.

Les croisières ont repris en Europe et les États-Unis ont levé leur interdiction de naviguer, à condition que les navires respectent des normes sanitaires et de propreté strictes.

Todd déclare que cette industrie a fait l’objet d’une couverture médiatique très négative, mais les gens continuent de réserver des croisières pour l’année prochaine à des prix plus élevés qu’en 2019. Selon lui, c’est assez révélateur de la demande refoulée pour les voyages d’agrément.

Maintenant que l’élection est réglée, attendez-vous à ce que des liquidités soient injectées.

Alors, que signifie tout cela, et la récente élection présidentielle, pour les investisseurs? En raison des flux de fonds considérables, les portefeuilles sont passés des actions aux liquidités l’année dernière, mais les investisseurs doivent se préparer à ce que la situation change en 2021. Les investisseurs ont cherché des eaux plus calmes en 2020, en versant un montant record de 757 milliards USD dans des fonds du marché monétaire, des placements à faible risque qui n’offrent essentiellement aucun rendement.

Cette ruée vers les liquidités n’est pas nouvelle dans les mois qui précèdent les élections américaines, où l’incertitude est souvent à son comble. Au cours des sept dernières années électorales, les entrées sur le marché monétaire ont été cinq fois supérieures à celles des fonds d’actions, une tendance qui s’inverse généralement dans l’année qui suit une élection. Toutefois, 2020 est un autre exemple de la raison pour laquelle la synchronisation du marché n’est pas une stratégie gagnante. Les investisseurs qui étaient sur la touche ont manqué une grande partie de la remontée de 50 % de l’indice Standard &Poor’s Composite 500 depuis le creux du marché en mars jusqu’au jour des élections.

Les investisseurs à long terme peuvent vouloir examiner les opportunités d’investir dans des tendances de croissance durables comme la numérisation, les paiements mondiaux et les énergies renouvelables. Les investisseurs plus prudents devraient envisager des solutions de rechange aux liquidités qui pourraient leur permettre d’être mieux positionnés pour réaliser leurs objectifs. Les fonds d’obligations à court terme sont une option, car ils ont toujours été plus stables et offrent des rendements potentiels plus élevés que les liquidités. Compte tenu des bouleversements de 2020, le moment est peut-être bien choisi pour revoir la répartition globale de vos actifs.

À propos

 

Jared Franz Économiste

Jared Franz est un économiste qui couvre les États-Unis et l’Amérique latine. Il a 14 ans d’expérience dans le secteur de l’investissement. Avant de rejoindre Capital en 2014, Jared était responsable de la recherche macroéconomique internationale chez Hartford Investment Management Company et économiste international et américain chez T. Rowe Price. Il est titulaire d’un doctorat en économie de l’université de l’Illinois et d’un baccalauréat de Northwestern.

Martin Romo Gestionnaire de portefeuille

Martin Romo est gestionnaire de portefeuille d’actions et possède 28 ans d’expérience en investissement. Il est président de la Capital Research Company et siège au Comité de gestion de Capital Group. Il est titulaire d’un baccalauréat de l’Université de Californie à Berkeley et d’un MBA de Stanford.

Rich Wolf Gestionnaire de portefeuille

Rich Wolf est gestionnaire de portefeuille d’actions et possède 23 ans d’expérience dans le secteur des placements. De plus, il a des responsabilités à titre d’analyste de placements en actions couvrant les entreprises américaines de technologie médicale et les FPI. Il détient un doctorat du California Institute of Technology et un baccalauréat de Princeton.


Les placements dans un fonds commun de placement peuvent donner lieu à des frais de courtage, des commissions de suivi, des frais de gestion et d’autres charges. Veuillez lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire.

À moins d’indication contraire, les professionnels en placement mentionnés ne gèrent pas les fonds communs de placement canadiens de Capital Group.

Les mentions d’entreprises ou de titres en particulier, le cas échéant, sont indiquées à titre d’information ou d’exemple seulement et ne doivent pas être interprétées comme étant validées par Capital Group. Les points de vue exprimés sur une entreprise, un titre, une industrie ou un secteur du marché en particulier ne doivent pas être interprétés comme une indication d’intention d’achat ou de vente d’un fonds d’investissement ou de titres détenus par un fonds d’investissement. Ces points de vue ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement ni des recommandations d’achat ou de vente.

Les déclarations attribuées à une personne représentent les opinions de cette personne à la date de publication et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Capital Group ou de ses sociétés affiliées. Les présents renseignements visent à mettre en évidence certaines questions. Ils ne doivent pas être considérés comme exhaustifs ni comme constituant des conseils. Les renseignements fournis sont présentés à titre indicatif uniquement et ne visent pas à fournir des conseils sur le plan fiscal, juridique ou financier. Nous déclinons toute responsabilité à l’égard d’informations inexactes, tardives ou incomplètes, ainsi qu’à toute décision prise en fonction de ces informations. Les renseignements contenus dans les présentes ont été fournis sans vérification et peuvent faire l’objet de modifications. Les fonds Capital Group sont offerts au Canada par l’intermédiaire de courtiers inscrits. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter votre conseiller financier ou votre conseiller fiscal.

Les énoncés prospectifs ne garantissent aucunement les rendements futurs, et les événements et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs des présentes. Les lecteurs sont encouragés à examiner attentivement ces facteurs et d’autres avant de prendre une quelconque décision de placement, et il leur est vivement conseillé de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs.

L’indice S&P 500 (l’« indice ») est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC ou des membres de son groupe, dont l’utilisation a été concédée sous licence à Capital Group. © 2021 S&P Dow Jones Indices LLC, une division de S&P Global, ou des membres de son groupe. Tous droits réservés. La redistribution ou la reproduction, en partie ou en totalité, sont interdites sans l’autorisation écrite de S&P Dow Jones Indices LLP.

Source FTSE : London Stock Exchange Group plc et les entreprises du groupe (collectivement, le « groupe LSE »). © Groupe LSE 2021. FTSE Russell est une appellation commerciale de certaines sociétés du groupe LSE. « FTSE® » est une marque de commerce des sociétés membres du groupe LSE concernées, utilisée sous licence par toute autre société membre du groupe LSE. Tous les droits à l’égard des indices FTSE Russell ou de leurs données sont acquis auprès de la société membre du groupe LSE concernée à qui appartiennent les indices ou les données. Ni le groupe LSE ni ses concédants de licence n’acceptent de responsabilité pour les erreurs ou les omissions dans les indices ou les données, et aucune partie ne peut se fier aux indices ou aux données de la présente communication. Aucune autre publication des données du groupe LSE n’est permise sans le consentement écrit de la société membre du groupe LSE concernée. Le contenu de la présente communication n’est pas promu, parrainé ou endossé par le groupe LSE. L’indice n’est pas géré et il est impossible d'y investir directement.

Bloomberg® est une marque de commerce de Bloomberg Finance L.P. (collectivement dénommée « Bloomberg » avec ses sociétés affiliées). Barclays® est une marque de commerce de Barclays Bank Plc (collectivement dénommée « Barclays » avec ses sociétés affiliées), utilisée sous licence. En aucun cas, Bloomberg ou Barclays n’approuvent le présent document ni ne garantissent l’exactitude ou l’exhaustivité des renseignements qu’il contient et, dans toute la mesure où cela est permis par la loi, aucune des deux sociétés ne saurait être tenue responsable des préjudices ou dommages pouvant en découler.

MSCI n’approuve, ne revoit ou ne produit pas les rapports publiés sur ce site, ne donne aucune garantie explicite ou implicite, ne fait aucune déclaration ni ne peut être tenue responsable quant aux données présentées. Vous ne pouvez ni redistribuer les données de MSCI ni les utiliser comme base pour d’autres indices ou produits de placement.

Capital estime que les logiciels et l’information de FactSet sont fiables. Toutefois, Capital ne sera pas tenue responsable des inexactitudes, des renseignements incomplets ou de la mise à jour de l’information fournie par FactSet. Les renseignements contenus dans ce rapport ont pour but de vous fournir un compte rendu approximatif des caractéristiques du fonds ou du gestionnaire à la date indiquée. Cette information n’est pas indicative des décisions d’investissement futures et n’est pas utilisée dans le cadre de notre processus de décision d’investissement.

Les indices ne sont pas gérés et il est impossible d’y investir directement. Les rendements représentent la performance passée et ne garantissent aucunement les rendements futurs; ils ne représentent pas un placement précis.

Toutes les marques de commerce de Capital Group appartiennent à The Capital Group Companies, Inc., ou à une société affiliée située au Canada, aux États-Unis ou dans d’autres pays. Tous les autres noms de sociétés mentionnés sont la propriété de leurs sociétés respectives.

Les fonds Capital Group et Gestion d'actifs Capital International (Canada), Inc. font partie de Capital Group, un gestionnaire de placements d’envergure mondiale qui a été créé en 1931 à Los Angeles, en Californie. Capital Group gère des actions par l’intermédiaire de trois groupes de placement. Ces groupes prennent des décisions relatives aux placements et aux votes par procuration de façon indépendante. Des spécialistes des titres à revenu fixe fournissent à l’ensemble de Capital Group des services de recherche et de gestion des placements en titres à revenu fixe; par contre, dans le cas des titres présentant les caractéristiques des actions, ils agissent uniquement pour le compte de l’un des trois groupes de placement en actions.

Les fonds Capital Group sur ce site Web sont offerts uniquement aux résidents canadiens.