Capital GroupSM
Categories
Énergie
Les investisseurs peuvent-ils aider à combler la fracture numérique aux États-Unis ?
Matt Lanstone
Head of ESG Research and Investing
Emma Doner
ESG analyst
CE QU’IL FAUT RETENIR
  • Jusqu’à 79 millions d’Américains, en particulier dans les foyers à faibles revenus, ne disposent pas d’un forfait Internet haut débit.
  • Internet est un outil essentiel pour accéder au travail, à l’éducation, aux services financiers et aux soins médicaux.
  • En investissant pour raccorder les populations non desservies ou mal desservies, en particulier dans les zones rurales, les fournisseurs d’accès à l’Internet (FAI) haut débit peuvent soutenir un développement économique équitable, tout en obtenant un retour sur investissement intéressant.

L’accès Internet haut débit est essentiel pour la vitalité d’une société et d’une économie


Aujourd’hui, sans un accès à Internet rapide et bon marché, difficile de travailler, d’étudier, de se soigner et de prendre part à la vie politique, tant aux États-Unis que dans le reste du monde. Ce n’est pas rien si le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a reconnu en 2016 que l’accès à Internet est un droit humain fondamental1. L’accès Internet haut débit dynamise les sociétés et les économies et joue un rôle fondamental pour atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD).


Cette question est au cœur du cadre d’investissement ESG exclusif de Capital Group relatif au secteur des fournisseurs d’accès à l’Internet (FAI) haut débit. Les analystes examinent systématiquement la manière dont les équipes dirigeantes abordent l’exclusion numérique dans la société. Si l’accès au haut débit était déjà un problème avant la pandémie, celle-ci l’a transformé en crise. La dématérialisation accélérée de chaque aspect de la vie quotidienne et la situation des laissés-pour-compte du numérique sont venues rappeler aux décideurs politiques qu’il y a urgence à combler ce fossé. Les opérateurs sont également dans le viseur concernant tout manquement à leur obligation de desservir l’ensemble de la population.


Avant la pandémie, les conséquences sociales et économiques de la fracture numérique en milieu rural étaient estimées à au moins 55 milliards USD par an rien        qu’aux États-Unis2, et revêtaient de nombreuses formes : une main-d’œuvre moins productive, voire exclue du marché du travail, des taux de réussite scolaire inférieurs, des soins médicaux plus coûteux, de moindres économies d’énergie, une gestion plus difficile des finances personnelles et une capacité globalement dégradée d’adaptation aux aléas de l’économie.


Aux États-Unis, les FAI haut débit peuvent obtenir un retour sur investissement intéressant, notamment grâce aux nouvelles subventions fédérales, s’ils investissent pour raccorder les populations non desservies ou mal desservies. Trois défis – l’accessibilité, le prix et la culture numérique – doivent être surmontés pour mener à bien cette initiative qui favoriserait un développement économique équitable, en particulier dans les régions reculées, en agissant comme un moteur pour des secteurs essentiels tels que la télémédecine, l’éducation, l’agriculture, l’immobilier ou encore les services financiers. Les sociétés proposant des solutions efficaces pourraient également profiter d’avantages économiques directs, mais aussi indirects, liés à une ingérence limitée de la part des régulateurs.


Combien de personnes n’ont pas de connexion haut débit aux États-Unis ?


Il est pour ainsi dire impossible de le savoir précisément. Les données disponibles sont fragmentaires et ne portent pas sur les aspects tels que l’accessibilité économique, la volonté des clients d’avoir un tel accès, l’alphabétisation, la culture numérique et l’accès à un ordinateur.


Selon une estimation prudente de la Commission fédérale des télécommunications (FCC), 21 millions d’Américains n’ont pas d’accès haut débit à Internet. Une étude indépendante montre que ce chiffre est en réalité deux fois plus élevé, soit près de 42 millions d’individus3.  Et un nombre encore supérieur de personnes déclarent ne pas utiliser le haut débit : une enquête réalisée en 2019 a révélé qu’environ 79 millions d’Américains n’avaient alors pas d’abonnement haut débit permanent4.


La FCC, qui est en train de modifier sa méthode de collecte de données, devrait publier un nombre plus élevé d’Américains sans connexion haut débit en 2022. Si ce chiffre s’avère effectivement bien supérieur, des subventions fédérales ou des investissements privés supplémentaires pourraient être consacrés à l’élargissement du réseau, le potentiel d’économies d’échelle étant désormais plus attrayant. Sans compter que les autorités pourraient devenir beaucoup plus vigilantes vis-à-vis des opérateurs.


Pourquoi un accès égal pour tous est souhaitable


Même sans disposer de chiffres exacts, nous savons que les ménages noirs/afro-américains, latino-américains/hispaniques et à faibles revenus sont les plus pénalisés5. Des données recueillies par l’U.S. Census Bureau (bureau américain du recensement) révèlent des inégalités criantes en matière d’accès au haut débit. En 2018, 22 % des ménages à faibles revenus déclaraient ne pas en disposer. Environ 39 % des ménages noirs/afro-américains déclaraient ne pas avoir d’accès personnel (autrement dit, pas de connexion Internet ou seulement une connexion mobile ou par modem). Un forfait Internet mobile n’est généralement pas suffisant pour travailler et étudier, en particulier pour les familles nombreuses.


 


Niveaux actuel et futur des subventions et aides fédérales


Alors que les démocrates et les républicains sont d’accord sur la nécessité d’améliorer l’accès Internet haut débit sur tout le territoire, ils le sont moins sur l’enveloppe totale et les sources de financement. Les orientations politiques et aides nouvelles pourraient prendre la forme de subventions publiques pour les infrastructures dites « du dernier kilomètre », de crédits ou subventions pour les familles à faibles revenus, ou encore d’une réglementation visant à renforcer la concurrence parmi les opérateurs.


Le financement fédéral du haut débit a bondi tout récemment grâce au Rural Digital Opportunity Fund (RDOF), qui prévoit 20,4 milliards USD de dépenses sur 10 ans.


 


Le RDOF est le principal outil créé en 2020 par la FCC pour élargir la couverture haut débit grâce à la construction d’infrastructures nouvelles. Il a été pensé pour favoriser la concurrence et accroître le débit en milieu rural.


Le gouvernement subventionne également les ménages à faibles revenus afin que le coût ne soit pas un obstacle à l’adoption du haut débit. En mai 2021, la FCC a approuvé un programme d’urgence de 3,2 milliards USD baptisé Emergency Broadband Benefit Program (EBBP) afin d’aider ces populations à payer leur abonnement haut débit et leurs appareils connectés.


D’autres subventions publiques encore plus généreuses pourraient être votées. Le plan pour l’emploi proposé par l’administration Biden prévoit ainsi une enveloppe fédérale de 100 milliards USD pour mettre fin à cette exclusion numérique11. C’est cinq fois le montant des subventions actuelles. Un plan bipartite d’investissement dans les infrastructures adopté par le Sénat américain (version négociée de l’American Jobs Plan du président Biden) portait sur un montant légèrement inférieur, 65 milliards USD12. Ces propositions donnent à penser que le montant exact des subventions futures potentielles pourrait être nettement supérieur et donner un sérieux coup de pouce au secteur.


 


Fourniture d’accès Internet haut débit : un secteur viable sur le long terme ?


Afin d’identifier les sociétés capables d’offrir une connexion pérenne aux populations non desservies, nous avons construit nos modèles à partir des dépenses d’investissement, du nombre de nouveaux abonnés attendus et des subventions accessibles aux fournisseurs d’accès haut débit. Nous en avons conclu que le résultat varie selon la région, la technologie utilisée et les subventions disponibles, et qu’une évaluation au cas par cas est donc nécessaire.


L’opérateur Charter Communications constitue un très bon exemple, car il bénéficie grandement du RDOF et fait preuve de transparence quant aux dépenses d’investissement prévues pour les nouveaux aménagements ruraux13.


 


Comment les FAI haut débit contribuent à la réduction de la facture numérique


L’exclusion numérique n’est pas un problème nouveau pour les opérateurs haut débit. La plupart d’entre eux proposent déjà des forfaits à tarif « social » pour les clients à faibles revenus et œuvrent en faveur de la culture numérique au moyen de dons. Avec la construction de nouvelles infrastructures, Charter Communications fait partie des sociétés les plus actives dans l’amélioration de la connectivité. Verizon s’est également engagé à lutter contre l’illettrisme numérique, en particulier parmi les écoliers.


 


Quand les opérateurs ne parviennent pas à raccorder des ménages non desservis ou mal desservis


La FCC a été critiquée pour avoir insuffisamment surveillé et sanctionné les FAI ne respectant pas les débits indiqués dans leurs offres. Des sénateurs américains contestent aujourd’hui les subventions du RDOF accordées à ceux qui n’ont jamais tenu leurs promesses.


La réputation de ces acteurs peut également en prendre un coup. Même s’ils ont parfois moins de choix en matière d’opérateurs, les clients ruraux insatisfaits peuvent se montrer réticents à ajouter des services tels que la téléphonie fixe et la télévision, un choix qui éroderait mécaniquement le retour sur investissement à long terme des FAI. Et dans les zones urbaines où plusieurs options sont disponibles, la qualité de service, la tarification et la confiance des consommateurs peuvent se répercuter sur les taux de croissance du nombre d’abonnés et sur leur fidélisation.


 


De l’importance d’évaluer et de mobiliser les FAI haut débit


Les opérateurs communiquent trop peu sur les efforts qu’ils déploient pour combler le fossé numérique de certaines régions reculées. Nos analystes échangent en permanence avec les dirigeants de ces sociétés au sujet de la faisabilité des nouvelles connexions, des principaux obstacles et des aides publiques attendues. Nous sommes très attentifs à la manière dont ils abordent la fracture numérique et favorisent un accès plus équitable. La question est urgente, et le potentiel, énorme.


 


Comment les opérateurs peuvent-ils devenir des champions du haut débit ?


1. En modifiant la collecte de données pour accroître la transparence et proposer des informations plus précises
Les FAI haut débit ont un rôle à jouer (en collaboration avec la FCC) pour améliorer la qualité des données et l’information sur les ménages disposant ou non d’un accès Internet.


Dans certaines régions, ils peuvent bénéficier d’économies d’échelle meilleures que prévu grâce à la construction de nouvelles infrastructures pour raccorder un plus grand nombre de ménages non desservis ou mal desservis.


2. En luttant contre l’illettrisme numérique
La culture numérique est déterminante pour permettre aux utilisateurs de profiter pleinement d’une connexion haut débit.


Pour faire avancer les choses, les FAI haut débit et les sociétés actives dans des secteurs tels que la télémédecine, l’agriculture, l’éducation, les services financiers ou l’immobilier, peuvent organiser des campagnes de sensibilisation à leur marque et mener des initiatives locales.


3. En menant des actions de proximité auprès des ménages à faibles revenus éligibles à des subventions
Un nombre étonnamment élevé de consommateurs déclare que le prix du haut débit est un obstacle majeur, malgré la possibilité de bénéficier de subventions publiques et de forfaits à tarif « social ».


Les opérateurs ont un rôle à jouer dans la promotion et la simplification des démarches pour obtenir ces subventions et ainsi abaisser les barrières à l’adoption.


Le cadre d’investissement ESG de Capital Group pour les secteurs des télécommunications et du câble couvre des questions spécifiques dans les trois catégories (environnement, social et gouvernance). L’exemple ci-dessous illustre la manière dont nos analystes évaluent l’une des facettes des questions ESG : la stratégie d’une société en matière d’accès à Internet et de tarifs. Les informations publiées à ce sujet étant inégales, cet exercice exige une bonne connaissance de l’entreprise et une communication transparente avec ses dirigeants.


 


1. « Oral Revisions of 30 June », Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, 27 juin 2016.


2. « Selon la Commission fédérale des télécommunications (FCC), 21,3 millions d’Américains n’ont pas d’accès à Internet haut débit. D’après une étude de BroadbandNow, ce chiffre s’élèverait plutôt à 42 millions », Greg Goldman, Lee Huang, BroadbandNow Research, 8 mars 2010.


3. « Selon la Commission fédérale des télécommunications (FCC), 21,3 millions d’Américains n’ont pas d’accès à Internet haut débit. D’après une étude de BroadbandNow, ce chiffre s’élèverait plutôt à 42 millions », John Busby, Julia Tanberk, et al., BroadbandNow Research, mise à jour du 11 mai 2021.


4. « Types of Computers and Internet Subscriptions, American Community Survey », U.S. Census Bureau, 2019. Ce chiffre a été obtenu en évaluant le nombre de ménages (sans abonnement Internet fixe, avec un forfait Internet mobile uniquement, ou avec un accès modem uniquement), puis en multipliant par la taille moyenne des ménages américains en 2019.


5. « Back to School: A Look at the Internet Access Gap », New American Economy Research Fund, 6 août 2020.


6. « Connect America Fund Phase II FAQs », FCC, mise à jour le 31 décembre 2019.


7. « Rural Digital Opportunity Fund Phase I Results », FCC, 7 décembre 2020.


8. « Auction 904: Rural Digital Opportunity Fund », note d’information consultée le 10 septembre 2021.


9. « Emergency Broadband Benefit Program », FCC, mise à jour le 9 septembre 2021.


10. « Fact Sheet: The American Jobs Plan », Maison-Blanche, 31 mars 2021.


11. « Fact Sheet: The American Jobs Plan », Maison-Blanche, 31 mars 2021.


12. « Senate Passes Bipartisan Infrastructure Bill », Andrew Duehran, The Wall Street Journal, mise à jour le 10 août 2021.


13. « Charter Communications Launches New Multiyear, Multibillion-Dollar Initiative to Expand Broadband Availability to Over 1 Million New Customer Locations », PRNewswire, 1er février 2021.  


 



Matt Lanstone is a global head of research and investing in ESG with 28 years of industry experience. He holds a first class bachelor’s degree in economics and accounting from the University of Bristol.

Emma Doner is an ESG senior manager with 8 years of industry experience. She holds an MBA in finance & sustainable development from ESLSCA in Paris and a bachelor’s degree in international business management from Missouri State University.


Learn more about
Énergie
Services aux collectivités
ESG

SUR LE MÊME THÈME