Comment aborder le sujet du bitcoin avec vos clients | Capital Group Canada | Points de vue

Select your location

Who are you ?

Select another location

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Wer bist du ?

Wählen Sie einen anderen Ort

Qui êtes vous ?

Sélectionnez un autre emplacement

Who are you ?

Select another location

Who are you ?

RETIREMENT PLAN INVESTOR

Use your plan ID (available on your account statement) to determine which employer-sponsored retirement plan website to use:

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH IRK, BRK, 1 OR 2

Visit americanfunds.com/retire

IF YOUR PLAN ID BEGINS WITH 34 OR 135

Visit myretirement.americanfunds.com

Points de vue

POINTS DE VUE | SEPTEMBRE 2021

Comment aborder le sujet du bitcoin avec vos clients

Avec la collaboration de
Barbara Burtin, analyste de placements en actions
Douglas Upton, analyste de placements en actions
Alan Wilson, gestionnaire de portefeuille

Les professionnels de la finance doivent être prêts à informer leurs clients des risques associés aux cryptomonnaies telles que le bitcoin.

La peur de passer à côté d’une occasion exerce une influence majeure sur les investisseurs. Il est difficile d’ignorer un actif qui a enregistré une hausse de plus de 500 000 % en quelques années et a fait l’objet de commentaires d’Elon Musk et de Warren Buffett, entre autres, à la une des journaux.

Le bitcoin et les autres cryptomonnaies ont captivé l’imagination des investisseurs, plaçant les professionnels de la finance, les promoteurs de régimes et les consultants au centre d’une discussion de plus en plus frénétique pour déterminer s’il faut se lancer dans la mêlée ou se tenir à l’écart.

Bien sûr, il peut être tentant de considérer le bitcoin comme un effet de mode et de dire aux clients qu’il ne convient pas à leur portefeuille. Cependant, se contenter d’ignorer tout simplement le sujet ne constituera pas une réponse adéquate pour certains. En outre, la question vous offre une occasion importante de mieux comprendre la tolérance au risque de vos clients.

« Si l’un de vos clients souhaite vraiment acheter des bitcoins, lui dire simplement de ne pas le faire ne lui rend pas service, explique Barbara Burtin, analyste de placements en actions chez Capital Group, qui couvre le secteur bancaire. En effet, le fait de posséder une petite quantité de bitcoins peut être une expérience d’apprentissage pour le client et pour vous. »

L’essor remarquable du bitcoin en termes de prix et de recherches

Sources : Google Trends, Refinitiv Datastream. Au 6 mai 2021. Les données relatives au volume de recherche représentent le volume des recherches sur Google au point le plus élevé d’une période donnée. Une valeur de 100 correspond au pic de popularité du terme. Une valeur de 50 correspond à la moitié de ce pic. Les prix du bitcoin sont indiqués sur une échelle logarithmique et exprimés en USD.

Qu’est-ce que le bitcoin?

Le bitcoin est de loin la variante la plus populaire d’une catégorie d’actifs visant à créer une monnaie numérique grâce à une technologie de cryptographie avancée. Les autres cryptomonnaies populaires sont l’ethereum, le ripple et le litecoin. Contrairement aux monnaies traditionnelles, le bitcoin fonctionne sans autorité centrale ni banque et n’est soutenu par aucun gouvernement.

Ses origines remontent à 2008, lorsqu’un programmeur anonyme opérant sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto a publié un livre blanc décrivant la technologie et le code nécessaires à la création de la cryptomonnaie.

Plus important encore, ce document décrit le processus de « minage », qui crée une réserve de nouveaux bitcoins. Les bitcoins sont minés à l’aide d’algorithmes informatiques qui résolvent une série de calculs. Ces calculs, qui prennent beaucoup de temps, permettent de vérifier les bitcoins et d’en créer de nouveaux. Seuls 21 millions de bitcoins peuvent être minés, et leur création prend de plus en plus de temps à mesure que leur nombre augmente.

La volatilité à l’œuvre

« Le bitcoin a tendance à attirer beaucoup d’attention chaque fois que sa valeur enregistre une forte hausse, explique Alan Wilson, gestionnaire de portefeuille chez Capital Group. Mais il ne faut pas oublier que cela peut aussi aller dans l’autre sens. Les adeptes de la spéculation doivent donc s’attendre à une volatilité extrême dans les deux sens. »

En effet, le bitcoin a connu une forte baisse le 17 avril, chutant de près de 14 % en USD en une heure, avant de rebondir. Cette chute temporaire semble avoir été déclenchée par des rumeurs Internet non confirmées selon lesquelles les autorités américaines prévoyaient de sévir contre le blanchiment d’argent lié aux cryptomonnaies. Quelques jours plus tôt, le bitcoin et d’autres cryptomonnaies ont augmenté lorsque la plateforme de négociation Coinbase est entrée en bourse, attirant une valorisation de 86 G$ US.

Les fameux Tweets d’Elon Musk, PDG de Tesla, ont également contribué à la volatilité du prix du bitcoin. Par exemple, sa promesse initiale, en février 2021, d’accepter le bitcoin comme moyen de paiement pour les véhicules Tesla a fait exploser cette cryptomonnaie. Son revirement sur cet engagement, en mai, a ensuite déclenché une chute de la valeur du bitcoin. Entre-temps, le 11 mai, la Securities and Exchange Commission a publié une déclaration attirant l’attention sur les fonds communs de placement exposés au marché à terme du bitcoin, notant que les investisseurs devraient « porter une attention particulière au niveau de risque qu’ils assument » et se demander s’ils sont à l’aise avec ce risque.

Comment le bitcoin est miné

Source : Capital Group.

Maintenant que les bases du bitcoin sont connues, quelles sont les principales questions à prendre en compte lorsque vous discutez des cryptomonnaies avec vos clients? Plusieurs professionnels de Capital Group qui ont étudié les cryptomonnaies ont proposé les quatre idées suivantes :

1. Proposez des limites, et considérez l’expérience comme une occasion d’apprentissage

Il est facile pour les investisseurs d’extrapoler que 100 000 $ US investis dans le bitcoin il y a cinq ans valent aujourd’hui plus de 14 M$ US. Cependant, il est de votre responsabilité d’expliquer que des résultats passés aussi spectaculaires ne permettent pas de prédire les rendements futurs.

Compte tenu de la volatilité extrême du bitcoin, Mme Burtin suggère de conseiller aux clients qui veulent absolument en posséder de ne pas consacrer plus de 1 % de leur portefeuille à n’importe quelle cryptomonnaie. « Si un client insiste, ajoute-t-elle, conseillez-lui de n’investir que ce qu’il peut se permettre de perdre. »

En outre, selon elle, posséder une petite quantité de cryptomonnaies pourrait constituer un exercice d’apprentissage utile. Le simple fait d’avoir investi dans les cryptomonnaies encourage les clients à s’informer sur le sujet. C’est également un moyen d’évaluer leur tolérance au risque et d’observer leurs réactions face à une forte volatilité du marché.

2. Expliquez les risques importants

Selon Douglas Upton, analyste de placements en actions chez Capital Group qui couvre les métaux et les mines, certains clients pourraient revenir sur leur idée d’acheter des bitcoins une fois qu’ils auront pris connaissance de leurs limites.

Risque 1 : Le bitcoin n’est pas un moyen d’échange pratique du point de vue des ressources. L’offre de bitcoins est limitée et les nouveaux bitcoins ne peuvent être « minés » qu’à l’aide de systèmes informatiques très puissants qui exécutent des algorithmes. Ce processus requiert une telle puissance de calcul que le minage de cryptomonnaies consomme environ 0,6 % de l’électricité mondiale, soit plus que l’Argentine tout entière, selon l’indice Bitcoin Electricity Consumption, un indice de consommation d’électricité des bitcoins établi par le Centre for Alternative Finance de l’Université de Cambridge. Et, comme le précise Douglas Upton, plus le bitcoin est cher, plus l’installation de systèmes de minage puissants est rentable pour les spéculateurs. Si le prix augmente encore, il en sera de même pour la consommation d’électricité, en grande partie dans les régions où l’électricité est produite à partir du charbon et génère donc d’importantes émissions de dioxyde de carbone.

Risque 2 : Il est peu probable que les gouvernements laissent l’utilisation du bitcoin se développer sans contrôle, selon M. Upton. « Le bitcoin cherche à remplacer les monnaies souveraines, ajoute-t-il. Si on le laisse proliférer, il pourrait réduire la capacité des gouvernements et des banques centrales à définir la politique monétaire et à imposer les revenus et la richesse. » En conséquence, les législateurs du monde entier pourraient décider de rendre l’utilisation du bitcoin plus difficile. La Corée du Sud a récemment adopté une loi visant à réglementer les cryptomonnaies afin de limiter les risques de blanchiment d’argent et d’autres activités illégales. La Chine, qui a réprimé les cryptomonnaies par le passé, vient d’introduire sa propre monnaie numérique, et les États-Unis pourraient un jour lui emboîter le pas avec un « dollar numérique ».

Risque 3 : Le bitcoin n’est pas une réserve de valeur stable. Certains investisseurs peuvent être attirés par les cryptomonnaies en pensant qu’elles constituent un actif pour stocker de la valeur, mais plusieurs cas de vol de bitcoins ont été recensés. Certains propriétaires malheureux ont perdu l’accès à leurs fonds en égarant ou en oubliant leurs clés numériques privées. Comme le bitcoin n’est pas contrôlé par une autorité centrale, il n’y a personne à contacter pour obtenir de l’aide.

Risque 4 : Portage négatif. M. Upton explique que les investisseurs sont généralement rémunérés sous forme d’intérêts pour la détention de la plupart des grandes devises, notamment le dollar américain. Ce n’est pas le cas avec le bitcoin, car les investisseurs qui détiennent cet actif peuvent se voir privés des intérêts perçus. Il en va de même pour l’or. C’est ce qu’on appelle un portage négatif, ce qui signifie que les investisseurs peuvent perdre de l’argent simplement en détenant l’actif.

Risque 5 : Le bitcoin n’est pas toujours une couverture contre le risque lié aux actions américaines, affirme Jens Sondegaard, analyste des devises chez Capital Group. Les adeptes du bitcoin affirment souvent que cette cryptomonnaie peut contribuer à la protection contre les risques de baisse des marchés boursiers. Même si cela a parfois été le cas, le bitcoin n’a pas servi de couverture efficace pendant le marché baissier de fin février et de mars 2020. Le prix a chuté brutalement, suivi d’un rebond, puis d’une énorme hausse. « La question de savoir si le bitcoin peut servir de couverture n’a toujours pas de réponse, dit-il. Les investisseurs doivent éviter de trop en présumer sur son comportement futur dans divers environnements de marché. »

La corrélation du bitcoin avec les marchés boursiers américains a atteint un pic en 2020

Source : Refinitiv Datastream. Au 15 avril 2021. Les données représentent la corrélation sur une période mobile de six mois, en utilisant les rendements quotidiens. La corrélation indique la tendance de deux actifs à évoluer dans la même direction. Dans la construction de portefeuille, une corrélation faible ou négative entre deux actifs signifie que les actifs ont eu tendance à évoluer dans des directions opposées, ce qui peut contribuer à réduire la volatilité du portefeuille. Valeurs en USD.

3. Reconnaissez le potentiel de la technologie sous-jacente

Le bitcoin et les autres cryptomonnaies comportent certes de gros risques, mais aussi des innovations révolutionnaires, selon Ninou Sarwono, spécialiste des technologies émergentes de Capital Group.

1re innovation : Chaîne de blocs. Le bitcoin est la première application de la chaîne de blocs, la technologie sous-jacente qui alimente les grands livres numériques pouvant être partagés sur des réseaux publics ou privés et qui permet de suivre les transactions. Ces grands livres sont créés à partir de transactions approuvées par les participants au réseau et enregistrées sous forme de blocs d’informations. Au fur et à mesure que les blocs de transactions s’accumulent, ils sont enchaînés de manière sécurisée aux transactions plus anciennes. Ces chaînes de données peuvent être partagées et complétées par les partenaires commerciaux, ce qui permet de traiter les transactions financières de manière plus simple et plus efficace.

La technologie sous-jacente du bitcoin est déjà utilisée par de nombreuses grandes institutions financières. Quel que soit le sort réservé au bitcoin, l’avenir de la chaîne de blocs est très prometteur, selon M. Sarwono.

2e innovation : Première émission de cryptomonnaie (PEC). Les PEC permettent aux entreprises de lever des fonds pour leurs opérations en utilisant des cryptomonnaies. Le produit de ces PEC finance de nouveaux projets tandis que les acheteurs reçoivent des « jetons » qui, dans de nombreux cas, peuvent être échangés ou utilisés pour acheter des biens et des services auprès de l’entreprise émettrice. Les jetons s’apparentent à des points de récompense, comme les milles accordés dans les programmes pour grands voyageurs, explique M. Sarwono.

Ces innovations pourraient changer la façon dont les entreprises lèvent des fonds et accroître le nombre d’entreprises disponibles aux fins d’investissement. Là encore, cette possibilité comporte certaines lacunes. Les régulateurs gouvernementaux ont prévenu que les PEC ne sont pas enregistrées et sont donc des cibles faciles pour la fraude. En effet, de nombreux problèmes ont été associés à ces véhicules.

3e innovation : De nouvelles solutions de rechange pour certaines parties du monde. Selon Mme Burtin, l’attrait des cryptomonnaies tend à être plus grand dans les pays dont la monnaie est moins stable. Comme l’or, les cryptomonnaies peuvent être considérées comme un moyen de stocker de la valeur. Une réglementation supplémentaire pourrait être favorable pour préserver les avantages des cryptomonnaies tout en contrôlant les aspects négatifs.

4. Envisagez d’utiliser le bitcoin pour mieux comprendre la psychologie des investisseurs

Bien qu’il puisse sembler prudent pour les conseillers de décourager toute tentative d’achat de bitcoins ou d’autres cryptomonnaies par les clients, il existe des raisons valables d’explorer ces options. La meilleure d’entre elles pourrait se résumer à la psychologie des investisseurs.

Si un client achète des bitcoins, vous pouvez évaluer sa réaction à des niveaux élevés de volatilité du marchéSelon Mme Burtin, il s’agit d’un moyen précieux et réaliste de comprendre sa véritable tolérance au risque, au-delà de ce que permet une évaluation standard des clients. Cet aperçu de la psychologie d’un client pourrait s’avérer utile pour déterminer la meilleure allocation d’actifs pour son portefeuille.

« Le comportement est tellement important en matière d’investissement, précise-t-elle. C’est donc plus qu’une histoire de bitcoin : c’est une expérience sociale. »

À propos

 

Barbara Burtin Analyste de placements en actions

Barbara Burtin est analyste de placements en actions et responsable de recherche chez Capital Group. Elle est responsable de la recherche sur les banques européennes et latino-américaines et sur les fournisseurs d’externalisation bancaire, au niveau mondial. Elle possède 12 ans d’expérience en investissement, tous au sein de Capital Group. Elle est titulaire d’un MBA obtenu avec distinction de la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie et d’une maîtrise en finance de HEC Paris. Barbara est en poste à Los Angeles.

Douglas Upton Analyste de placements en actions

Douglas Upton est analyste de placements en actions chez Capital Group, où il est responsable de la recherche sur les métaux et & les entreprises minières mondiales. Il possède 32 ans d’expérience en investissement et travaille chez Capital Group depuis 16 ans. Plus tôt dans sa carrière chez Capital Group, il a également couvert les banques canadiennes et a été responsable de recherche en Europe. Il est titulaire d’un MBA et d’un baccalauréat en mathématiques et en physique de l’Université d’Australie-Occidentale. Doug est en poste à Londres.

Alan J. Wilson Gestionnaire de portefeuille

Alan Wilson est gestionnaire de portefeuille et possède 34 ans d’expérience en investissement. Il est titulaire d’un MBA de l’Université Harvard et d’un baccalauréat en génie civil du MIT.


L’indice Cambridge Bitcoin Electricity Consumption fournit une estimation en temps réel de la consommation électrique totale du réseau Bitcoin.

Les placements dans un fonds commun de placement peuvent donner lieu à des frais de courtage, des commissions de suivi, des frais de gestion et d’autres charges. Veuillez lire le prospectus avant de faire un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire.

À moins d’indication contraire, les professionnels en placement mentionnés ne gèrent pas les fonds communs de placement canadiens de Capital Group.

Les mentions d’entreprises ou de titres en particulier, le cas échéant, sont indiquées à titre d’information ou d’exemple seulement et ne doivent pas être interprétées comme étant validées par Capital Group. Les points de vue exprimés sur une entreprise, un titre, une industrie ou un secteur du marché en particulier ne doivent pas être interprétés comme une indication d’intention d’achat ou de vente d’un fonds d’investissement ou de titres détenus par un fonds d’investissement. Ces points de vue ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement ni des recommandations d’achat ou de vente.

Les déclarations attribuées à une personne représentent les opinions de cette personne à la date de publication et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Capital Group ou de ses sociétés affiliées. Les présents renseignements visent à mettre en évidence certaines questions. Ils ne doivent pas être considérés comme exhaustifs ni comme constituant des conseils. Les renseignements fournis sont présentés à titre indicatif uniquement et ne visent pas à fournir des conseils sur le plan fiscal, juridique ou financier. Nous déclinons toute responsabilité à l’égard d’informations inexactes, tardives ou incomplètes, ainsi qu’à toute décision prise en fonction de ces informations. Les renseignements contenus dans les présentes ont été fournis sans vérification et peuvent faire l’objet de modifications. Les fonds Capital Group sont offerts au Canada par l’intermédiaire de courtiers inscrits. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter votre conseiller financier ou votre conseiller fiscal.

Les énoncés prospectifs ne garantissent aucunement les rendements futurs, et les événements et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs des présentes. Les lecteurs sont encouragés à examiner attentivement ces facteurs et d’autres avant de prendre une quelconque décision de placement, et il leur est vivement conseillé de ne pas se fier indûment aux énoncés prospectifs.

L’indice S&P 500 (l’« indice ») est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC ou des membres de son groupe, dont l’utilisation a été concédée sous licence à Capital Group. © 2021 S&P Dow Jones Indices LLC, une division de S&P Global, ou des membres de son groupe. Tous droits réservés. La redistribution ou la reproduction, en partie ou en totalité, sont interdites sans l’autorisation écrite de S&P Dow Jones Indices LLP.

Source FTSE : London Stock Exchange Group plc et les entreprises du groupe (collectivement, le « groupe LSE »). © Groupe LSE 2021. FTSE Russell est une appellation commerciale de certaines sociétés du groupe LSE. « FTSE® » est une marque de commerce des sociétés membres du groupe LSE concernées, utilisée sous licence par toute autre société membre du groupe LSE. Tous les droits à l’égard des indices FTSE Russell ou de leurs données sont acquis auprès de la société membre du groupe LSE concernée à qui appartiennent les indices ou les données. Ni le groupe LSE ni ses concédants de licence n’acceptent de responsabilité pour les erreurs ou les omissions dans les indices ou les données, et aucune partie ne peut se fier aux indices ou aux données de la présente communication. Aucune autre publication des données du groupe LSE n’est permise sans le consentement écrit de la société membre du groupe LSE concernée. Le contenu de la présente communication n’est pas promu, parrainé ou endossé par le groupe LSE. L’indice n’est pas géré et il est impossible d'y investir directement.

Bloomberg® est une marque de commerce de Bloomberg Finance L.P. (collectivement dénommée « Bloomberg » avec ses sociétés affiliées). Barclays® est une marque de commerce de Barclays Bank Plc (collectivement dénommée « Barclays » avec ses sociétés affiliées), utilisée sous licence. En aucun cas, Bloomberg ou Barclays n’approuvent le présent document ni ne garantissent l’exactitude ou l’exhaustivité des renseignements qu’il contient et, dans toute la mesure où cela est permis par la loi, aucune des deux sociétés ne saurait être tenue responsable des préjudices ou dommages pouvant en découler.

MSCI n’approuve, ne revoit ou ne produit pas les rapports publiés sur ce site, ne donne aucune garantie explicite ou implicite, ne fait aucune déclaration ni ne peut être tenue responsable quant aux données présentées. Vous ne pouvez ni redistribuer les données de MSCI ni les utiliser comme base pour d’autres indices ou produits de placement.

Capital estime que les logiciels et l’information de FactSet sont fiables. Toutefois, Capital ne sera pas tenue responsable des inexactitudes, des renseignements incomplets ou de la mise à jour de l’information fournie par FactSet. Les renseignements contenus dans ce rapport ont pour but de vous fournir un compte rendu approximatif des caractéristiques du fonds ou du gestionnaire à la date indiquée. Cette information n’est pas indicative des décisions d’investissement futures et n’est pas utilisée dans le cadre de notre processus de décision d’investissement.

Les indices ne sont pas gérés et il est impossible d’y investir directement. Les rendements représentent la performance passée et ne garantissent aucunement les rendements futurs; ils ne représentent pas un placement précis.

Toutes les marques de commerce de Capital Group appartiennent à The Capital Group Companies, Inc., ou à une société affiliée située au Canada, aux États-Unis ou dans d’autres pays. Tous les autres noms de sociétés mentionnés sont la propriété de leurs sociétés respectives.

Les fonds Capital Group et Gestion d'actifs Capital International (Canada), Inc. font partie de Capital Group, un gestionnaire de placements d’envergure mondiale qui a été créé en 1931 à Los Angeles, en Californie. Capital Group gère des actions par l’intermédiaire de trois groupes de placement. Ces groupes prennent des décisions relatives aux placements et aux votes par procuration de façon indépendante. Des spécialistes des titres à revenu fixe fournissent à l’ensemble de Capital Group des services de recherche et de gestion des placements en titres à revenu fixe; par contre, dans le cas des titres présentant les caractéristiques des actions, ils agissent uniquement pour le compte de l’un des trois groupes de placement en actions.

Les fonds Capital Group sur ce site Web sont offerts uniquement aux résidents canadiens.